Vous lisez : Diagnostic de la dénutrition : nouvelles recommandations
Actualités Pathologies

Diagnostic de la dénutrition : nouvelles recommandations

Temps de lecture : 4 minutes

Date de publication : 13 janvier 2020 / Date de mise à jour : 20 janvier 2020

Diagnostic de la dénutrition : nouvelles recommandations


Lecture
Zen

Au cours de l’édition 2019 des Journées Francophones de Nutrition (JFN), une session a été dédiée à la présentation des toutes nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé relatives aux critères de diagnostic de la dénutrition.

En introduction de cette session, le Pr. Jean-Claude Desport (CHU et INSERM, Limoges) a présenté la nouvelle définition de la dénutrition proposée par la Haute Autorité de Santé (HAS). La dénutrition est définie aujourd’hui comme étant l’état d’un organisme en déséquilibre nutritionnel, le déséquilibre étant caractérisé par un bilan énergétique et/ou protéique négatif.

Critères diagnostiques de la dénutrition chez l’enfant

Le Pr. Emmanuel Mas (Hôpitaux et Université de Toulouse) a présenté les critères à utiliser désormais dans le cadre du diagnostic de la dénutrition chez l’enfant (< 18 ans). Ce diagnostic de la dénutrition nécessite la présence chez l’enfant d’au moins 1 critère phénotypique et 1 critère étiologique.

Les critères phénotypiques sont au nombre de quatre :

1. Perte de poids supérieure à 5 % en 1 mois ou supérieure à 10 % en 6 mois ;
2. Indice de Masse Corporelle inférieur à la courbe IOTF 18,5 (courbes de l’International Obesity Task Force prolongée, avant 2 ans, par les courbes « AFPA – CRESS/Inserm -CompuGroup Medical 2018 ») ;
3. Stagnation pondérale aboutissant à un poids situé à 2 couloirs en-dessous du couloir habituel ;
4. Réduction de la masse et/ou de la fonction musculaire (si disponible).

Il existe trois critères étiologiques :

1. Réduction de la prise alimentaire supérieure à 50 % pendant plus d’1 semaine ou toute réduction des apports pendant plus de 2 semaines, par rapport à la consommation habituelle quantifiée ou aux besoins protéino-énergétiques estimés ;
2. Absorption réduite par maldigestion ou malabsorption ;
3. Situation d’agression (hypercatabolisme protéique avec ou sans syndrome  inflammatoire) :

  • Pathologie aïgue,
  • Pathologie chronique ou maligne évolutive.

Une fois fait le diagnostic de dénutrition, la HAS préconise de déterminer son degré de sévérité. En cas d’observation d’un seul des quatre critères suivants, on peut poser le diagnostic de dénutrition sévère. Sinon, la dénutrition est qualifiée de modérée. Les critères de dénutrition sévère sont les suivants :

IMC ≤ courbe IOTF 17 ;
Perte de poids > 10 % en 1 mois ou > 15 % en 6 mois ;
– Stagnation pondérale aboutissant à un poids situé au moins 3 couloirs en dessous du couloir habituel ;
Infléchissement statural (avec perte d’au moins un couloir par rapport à la taille habituelle).

En démarche complémentaire, le Pr. Emmanuel Mas préconise de porter attention, en consultation, à la dynamique des courbes de croissance, de procéder au calcul du rapport Poids / Taille (qui a une bonne valeur prédictive positive) et de réaliser une anamnèse approfondie afin de comprendre l’histoire de l’enfant.

Critères diagnostiques de la dénutrition chez l’adulte

Les critères de diagnostic chez l’adulte de moins de 70 ans, également révisés par la HAS, ont été présentés par le Pr. Eric Fontaine (CHU et Université de Grenoble). De la même façon que chez l’enfant, le diagnostic de dénutrition chez l’adulte de moins de 70 ans nécessite la présence d’au moins 1 critère phénotypique et 1 critère étiologique.

Les 3 critères phénotypiques à considérer chez l’adulte sont :
1. Une perte de poids supérieure à 5 % en 1 mois ou 10 % en 6 mois, ou 10 % par rapport au poids habituel avant le début de la maladie ;
2. Un IMC < 18,5 kg/m² ;
3. Une réduction quantifiée de la masse et/ou de la fonction musculaire (cf. tableau ci-dessous).

Les critères étiologiques sont également au nombre de 3 et sont exactement les mêmes que ceux utilisés dans le cadre du diagnostic chez les enfants (cf. ci-dessus).

Comme chez l’enfant, la dénutrition est qualifiée de modérée, sauf si 1 des 3 critères de dénutrition sévère est observé. Ces critères sont les suivants :

  • IMC ≤ 17 kg/m² ;
  • perte de poids ≥ 10 % en 1 mois ou ≥ 15 % en 6 mois ou ≥ 15 % par rapport au poids habituel avant le début de la maladie ;
  • mesure de l’albuminémie par immunonéphélémétrie ou immunoturbidimétrie ≤ 30g/L.

En conclusion, il est important de préciser que, même si elles seront prochainement révisées, les recommandations de la HAS concernant le diagnostic de la dénutrition chez les adultes de plus de 70 ans restent celles en vigueur depuis 2007.

Les documents officiels (recommandations, argumentaire et fiche outil), autant pour les enfants, que pour les adultes, sont téléchargeables sur le site de la HAS.

Vous pourriez être intéressé(e) par

ultricies diam dolor. et, lectus id libero