Vous lisez : Les produits laitiers diminuent le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2
Actualités Pathologies

Les produits laitiers diminuent le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 26 août 2013 / Date de mise à jour : 25 novembre 2016

Les produits laitiers diminuent le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2


Lecture
Zen

Cette revue de la littérature montre comment le lait et les produits laitiers agissent de manière bénéfique sur certains facteurs de risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2.

O. Yerlikaya, M. Acu & O. Kinik (2013) Importance of dairy products in cardiovascular diseases and type 2 diabetes, Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 53(9):902-908, Doi : 10.1080/10408398.2011.572200

Cette revue de la littérature montre comment le lait et les produits laitiers agissent de manière bénéfique sur certains facteurs de risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2. Les études récentes montrent que la consommation de lait et produits laitiers n’est pas associée au risque de maladies cardio-vasculaires, voire même le diminuent. Plusieurs constituants auraient un effet bénéfique sur certains facteurs de risque.
Le lait contient de « bons » acides gras saturés qui diminuent (donc améliorent) le ratio LDL/HDL (acides laurique, myristique et stéarique). En effet, s’ils augmentent le taux sanguin de LDL-cholestérol, ces acides gras augmentent encore plus celui de HDL-cholestérol. Seul l’acide palmitique en excès augmente le ratio LDL/HDL. Les autres acides gras (oléique, vaccénique, acides gras à chaîne courte) ont aussi un effet ou neutre ou bénéfique.
Par ailleurs, le lait contient des acides gras polyinsaturés (environ 2 g/L), dont le ratio acide linoléique (oméga-6) sur acide ∝-linoléique (oméga-3) est favorable.
Le lait, en particulier lorsqu’il est fermenté par des bactéries lactiques, contient des peptides qui diminueraient la pression artérielle. Ces peptides (les casokinines, dérivées de la caséine, et les lactokinines, dérivées des protéines du lactosérum) sont en particulier produits par les bactéries lactiques utilisées dans la fabrication des yaourts ou des laits fermentés. Ils seraient inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’Angiotensine (ACE),  impliquée dans le contrôle de la pression artérielle.
Les études s’intéressant aux liens entre consommation de produits laitiers et diabète de type 2 (ou diabète insulinorésistant) sont moins nombreuses mais mettent en évidence un effet positif. Une vaste étude de cohorte a estimé que  chaque portion journalière de produits laitiers pauvres en matière grasse (laits écrémé et allégé, yaourts, fromage blanc, ricotta) réduisait de 12% le risque de développer un diabète de type 2.
Les produits laitiers pourraient également avoir un impact favorable sur le poids corporel, déterminant majeur du diabète de type 2. Enfin, deux études récentes ont mis en évidence une association inverse entre consommation de produits laitiers et résistance à l’insuline chez les individus masculins, association observée également nettement parmi les jeunes adultes obèses.
Les auteurs soulignent la nécessité de mener davantage d’études interventionnelles sur le sujet. En 2025, il y aura 300 millions d’individus diabétiques dans le monde, dont 97% de type 2.

Vous pourriez être intéressé(e) par

Aenean non ante. velit, nunc libero justo diam tristique sem,