Vous lisez : La consommation de fromage bénéfique sur le risque allergique
Études Aliments

La consommation de fromage bénéfique sur le risque allergique

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 18 février 2019

La consommation de fromage bénéfique sur le risque allergique


Lecture
Zen

NICKLAUS, S. DIVARET-CHAUVEAU, A. CHARDON, ML. « et col. » The protective effect of cheese consumption at 18 months on allergic diseases in the first 6 years. Allergy, 2018, doi: 10.1111/all.13650.

La consommation de fromage à l’âge de 18 mois diminue le risque allergique à 6 ans. La diversité des fromages consommés amplifie cet effet bénéfique.

Une étude de cohorte incluant 931 enfants issus de cinq pays européens (France, Suisse, Autriche, Allemagne et Finlande) a examiné les liens entre la consommation de fromage à l’âge de 18 mois et la présence de maladies allergiques à 6 ans.

Les données de consommation à 18 mois montrent que 53,9 % des enfants consomment du fromage entre une et six fois par semaine, alors que 7,5 % n’en consomment jamais. Concernant les types de fromages (à pâte dure, molle ou semi-ferme, fromage frais, bleu ou fromage fermier), 66 % des enfants n’en consomment qu’un seul, alors que seulement 2,6 % en consomment trois ou plus.

Les enfants consommateurs de fromage à 18 mois présentent un risque diminué de déclarer à 6 ans une dermatite atopique (rapport de cotes ou odds ratio OR = 0,51 ; IC95% = [0,29 ; 0,90]) ou une allergie alimentaire (OR = 0,32 ; IC95% = [0,15 ; 0,71]), comparativement aux non-consommateurs de fromage. Par ailleurs, cette réduction des risques est plus importante chez les enfants variant plus les types de fromages consommés. Aucun effet significatif de la consommation de fromage n’a été mis en évidence sur la rhinite allergique, l’asthme et la sensibilisation aux allergènes.

Les deux hypothèses avancées par les auteurs  pour expliquer les bénéfices d’une consommation de fromages variés sur le risque allergique reposent sur :

la très riche et diverse flore bactérienne présente au sein des fromages, qui enrichirait le microbiote intestinal ;
le potentiel effet anti-inflammatoire associé à la consommation de fromage.

 En conclusion, cette étude prospective met en avant les effets bénéfiques d’une consommation de fromages variés à 18 mois sur les risques allergiques à 6 ans, en particulier les risques de déclarer une dermatite atopique ou une allergie alimentaire.

Vous pourriez être intéressé(e) par

consectetur dictum neque. massa facilisis libero vel, felis accumsan mattis Nullam