Vous lisez : Deux études françaises montrent que la consommation de lait et de produits laitiers est associée à une diminution des maladies cardio-vasculaire et de la mortalité
Études Pathologies

Deux études françaises montrent que la consommation de lait et de produits laitiers est associée à une diminution des maladies cardio-vasculaire et de la mortalité

Temps de lecture : 1 minute

Deux études françaises montrent que la consommation de lait et de produits laitiers est associée à une diminution des maladies cardio-vasculaire et de la mortalité


Lecture
Zen

Deux grandes études françaises, MONICA et MONA LISA-NUT se penchent depuis des années sur les facteurs nutritionnels susceptibles d’influencer le risque de maladie cardiovasculaire de façon à identifier les profils nutritionnels les plus favorables à la santé. Certains aliments, dont les produits laitiers (lait, yaourts et laits fermentés, fromages), se sont révélés particulièrement prometteurs.

MONICA : MONItoring of trends and determinants of CArdiovascular diseases
MONA LISA-NUT : MOnitoring NAtionaL du rISque Artériel.

Deux grandes études françaises, MONICA et MONA LISA-NUT se penchent depuis des années sur les facteurs nutritionnels susceptibles d’influencer le risque de maladie cardiovasculaire de façon à identifier les profils nutritionnels les plus favorables à la santé. Certains aliments, dont les produits laitiers (lait, yaourts et laits fermentés, fromages), se sont révélés particulièrement prometteurs.

 lait et produits laitiers diminuent la mortalité cardiovasculaire

À LIRE ÉGALEMENT

L’étude MONA LISA-NUT, les consommateurs de produits laitiers, ont un meilleur profil métabolique : significativement moins de diabète, moins de « mauvais » cholestérol, moins de triglycérides et de syndrome métabolique.
Ces résultats sont confirmés dans l’étude MONICA. Les hommes qui consomment au total le plus de produits laitiers, de lait et de produits laitiers frais sont moins souvent atteints de syndrome métabolique : 18 à 20% des « gros » consommateurs de produits laitiers ont un syndrome métabolique contre 32% des « petits » consommateurs.
La mortalité (et surtout la mortalité cardio-vasculaire) diminue de 40% chez les sujets ayant les consommations de lait et de produits laitiers les plus élevées, au cours d’un suivi sur 15 ans.
Les maladies cardio-vasculaires (maladies coronariennes et accidents vasculaires cérébraux) représentent la première cause d’hospitalisation et la deuxième cause de mortalité en France. Le nombre de cas ainsi que la mortalité cardio-vasculaire sont en diminution, ce qui témoigne d’une meilleure prise en charge mais aussi de l’intérêt des mesures de prévention.

Lorem consequat. vulputate, libero quis vel,