Vous lisez : Effets de l’activité physique pratiquée en milieu scolaire
Études Populations

Effets de l’activité physique pratiquée en milieu scolaire

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 15 juillet 2019 / Date de mise à jour : 28 août 2019

Effets de l’activité physique pratiquée en milieu scolaire


Lecture
Zen

LOVE, R. ADAMS, J. VAN SLUIJS, EMF. Are school‐based physical activity interventions effective and equitable? A meta‐analysis of cluster randomized controlled trials with accelerometer‐assessed activity. Obesity reviews, 2019, 20, p. 859-870 (doi: 10.1111/obr.12823).

Les interventions réalisées en milieu scolaire, visant à améliorer les niveaux quotidiens d’activité physique des enfants se montrent inefficaces, quels que soient le genre et le niveau socio-économique des participants.

Une activité physique insuffisante est un facteur clé contribuant à l’obésité de l’enfant. Aussi, l’OMS recommande que les enfants et adolescents de 5 à 17 ans accumulent au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue. Une revue systématique de littérature et méta-analyse a examiné l’efficacité des interventions réalisées en milieu scolaire, visant à promouvoir l’activité physique. Dix-sept essais contrôlés randomisés (durée moyenne des interventions = 9 mois), utilisant tous des accéléromètres pour mesurer le nombre de minutes quotidiennes d’activité physique d’intensité modérée à soutenue, ont été inclus dans la méta-analyse.

Les résultats ne mettent en évidence aucune différence significative entre les participants ayant bénéficié des interventions et ceux faisant partie des groupes contrôles, concernant l’évolution des niveaux quotidiens d’activité physique entre le début et la fin des essais.

L’analyse par sous-groupes montre, de la même façon, dans les populations féminines et masculines considérées séparément, une absence d’effet des interventions sur les durées quotidiennes d’activité physique d’intensité modérée à soutenue. Enfin, l’analyse par niveau socio-économique aboutit à des résultats similaires.

En conclusion, cette méta-analyse montre l’incapacité des interventions réalisées en milieu scolaire à améliorer les niveaux d’activité physique des enfants sur la journée entière. Les auteurs insistent sur l’importance de mettre en place des interventions utilisant des stratégies plus variées et pas seulement limitées au contexte scolaire, pour améliorer l’impact sur les niveaux d’activité physique quotidiens des enfants et adolescents.

Vous pourriez être intéressé(e) par

ut risus. sit libero. quis, suscipit mi, Praesent at