Vous lisez : Effets du petit déjeuner à l’école
Études Populations

Effets du petit déjeuner à l’école

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 13 mai 2019 / Date de mise à jour : 01 août 2019

Effets du petit déjeuner à l’école


Lecture
Zen

BARTFELD, JS. BERGER, L. MEN, F. « et col. » Access to the School Breakfast Program is associated with higher attendance and test scores among elementary school students. The Journal of Nutrition, 2019, 149, 2, p. 336-343 (doi: 10.1093/jn/nxy267).

Le « School Breakfast Program » (SBP) est une initiative lancée aux Etats-Unis en 1966, visant à proposer, à bas coût ou gratuitement, des petits déjeuners aux enfants, au sein des écoles primaires. Chaque jour d’école, ce sont aujourd’hui plus de 12 millions d’enfants qui bénéficient de ce programme aux Etats-Unis. Les bénéfices du SBP sur la prise du petit déjeuner, la qualité de l’alimentation de l’enfant ou encore le degré d’insécurité alimentaire des foyers ont déjà été démontrés. Une étude réalisée dans l’état du Wisconsin évalue sur la période 2009 – 2013 les effets du SBP sur l’assiduité scolaire (chez 481 799 élèves) et sur les résultats à des tests standardisés de mathématiques et de lecture (chez 248 328 élèves).

Les résultats mettent en évidence plusieurs effets bénéfiques du SBP :

L’implémentation du SBP est associée, chez les garçons les plus susceptibles de participer au programme, à une diminution de 3,5 points de pourcentage, du taux d’enfants présentant une faible assiduité scolaire ;

  1. Dans ce même sous-échantillon, la mise en place du SBP est associée à de meilleurs résultats au test de lecture.
  2. Lorsque le petit déjeuner est proposé gratuitement à tous les élèves (« Universal Free Breakfast » : UFB), une diminution de 3,5 points de pourcentage du taux d’enfants présentant une faible assiduité scolaire est observée pour l’ensemble de l’échantillon, comparativement à la proposition d’un petit déjeuner payant ;
  3. Dans cette même situation UFB, les résultats aux tests de mathématiques et de lecture sont significativement améliorés dans le sous-échantillon des enfants vivant dans les foyers les plus aisés.

 Les auteurs concluent que proposer un petit déjeuner au sein des écoles primaires peut augmenter, modestement, mais significativement, l’assiduité scolaire et la performance, en particulier chez les garçons issus des foyers les plus défavorisés. Si ce petit déjeuner est offert, les effets bénéfiques sont plus marqués et profitent à une catégorie plus large de la population.

Vous pourriez être intéressé(e) par

quis ante. dapibus pulvinar Aliquam vel, mi, id, ultricies Sed porta.