Vous lisez : Internet et les média sociaux sont-ils des outils de santé publique vraiment efficaces ?
Études Populations

Internet et les média sociaux sont-ils des outils de santé publique vraiment efficaces ?

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 24 avril 2014 / Date de mise à jour : 02 août 2019

Internet et les média sociaux sont-ils des outils de santé publique vraiment efficaces ?


Lecture
Zen

D’après cette revue de la littérature, les nouvelles technologies et internet n’ont pas fait la preuve de leur efficacité pour promouvoir une alimentation et une activité physique favorables à la santé dans le cadre d’interventions de santé publique.

G. Williams, M.P. Hamm, J. Shulhan et col. (2014) Social media interventions for diet and exercise behaviours : a systematic review and méta-analysis of randomised controlled trialsBMJOpen; 4(2): e003926.

D’après cette revue de la littérature, les nouvelles technologies et internet n’ont pas fait la preuve de leur efficacité pour promouvoir une alimentation et une activité physique favorables à la santé dans le cadre d’interventions de santé publique.Internet et les nouvelles pratiques de communication (blogs, réseaux sociaux, forums, connexion à partir du smartphone ou de la tablette…) sont porteurs de nombreux espoirs notamment dans le domaine de la santé publique. Mais ces espoirs sont-ils en voie d’être confirmés par les faits ?
Cette revue de la littérature proposée par une équipe canadienne montrerait que pour le moment, Internet n’améliore pas l’efficacité des programmes de promotion de la santé.  Mais peut-être est-ce du à l’utilisation qui en est faite qui ne serait pas optimale ? L’étude s’appuie sur 22 essais randomisés contrôlés  et la promotion de l’exercice physique et de l’équilibre alimentaire, 13 études visaient des sujets obèses ou en surpoids et 15 sont américaines.
Les programmes pouvaient utiliser des moyens tels que des forums de discussion, Facebook, des modules d’apprentissage et des auto-évaluations journalières en ligne, ou même des rencontres avec des professionnels de santé proposées aux participants.
Dans toutes les études, on constate une diminution de l’utilisation du programme tout au long de la période d’intervention (taux de déperdition de plus de 20% dans 12 études). Les études qui ont comparé un groupe utilisant un média social (forum, Twitter, Facebook) avec un groupe contrôle n’en utilisant pas (pouvant malgré tout utiliser un site internet) ont montré qu’il n’y avait aucune différence entre les deux, ni sur l’évolution du niveau d’activité physique, ni sur l’évolution du poids. La seule composante de l’alimentation qui aurait été améliorée serait la consommation de lipides, diminuée de manière significative.
Une analyse par sous-groupes d’âge (enfants/jeunes vs adultes) aboutit aux mêmes résultats.
Si les médias sociaux présentent des atouts certains pour des interventions de santé publique, du fait de leur popularité, les auteurs appellent à poursuivre les recherches visant à évaluer leur efficacité en tant qu’outil de santé publique. Ils suggèrent quelques pistes de réflexion pour la favoriser : optimiser la complémentarité entre ces outils et d’autres volets interventionnels qui ont prouvé leur efficacité (conseils personnalisés, soutien en personne, etc), impliquer davantage le public cible dans la sélection et le développement du média social, pour en améliorer la compréhension et la participation des utilisateurs.

Vous pourriez être intéressé(e) par

Sed leo. Curabitur libero in elit. leo Aliquam dictum elementum venenatis Lorem