Vous lisez : Le lait cru contre les allergies et l’asthme
Études Aliments

Le lait cru contre les allergies et l’asthme

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 15 avril 2019 / Date de mise à jour : 25 avril 2019

Le lait cru contre les allergies et l’asthme


Lecture
Zen

SOZANSKA, B. Raw cow’s milk and its protective effect on allergies and asthma. Nutrients, 2019, 11, 469 (doi: 10.3390/nu11020469).

La consommation de lait cru est associée à une diminution du risque de développer des allergies ou de l’asthme. Les contenus microbiens, protéiques ou encore lipidiques du lait cru pourraient expliquer ses propriétés spécifiques.

De nombreuses études épidémiologiques ont mis en évidence que le fait de vivre dans une ferme ou d’être exposé à un environnement rural est associé à une réduction du risque allergique et du développement de l’asthme. La consommation de lait cru serait une des explications de cet effet protecteur. Une revue de littérature fait le point sur les liens entre la consommation de lait cru et les risques allergiques et asthmatiques, ainsi que sur les causes possibles de cette association.

Les études d’observation traitant de cette thématique sont le plus souvent transversales. Elles confirment que la consommation de lait cru, pendant l’enfance et à l’âge adulte, chez les personnes vivant, ou pas, dans des fermes, est associée à une diminution du risque allergique et de développer de l’asthme. La consommation de lait cru pendant la petite enfance a également été corrélée à une protection contre les rhinites, otites et autres infections des voies respiratoires dans une récente étude de cohorte.

Les laits, non crus, les plus couramment consommés subissent une homogénéisation et un chauffage (pasteurisation ou stérilisation UHT) qui modifient leurs contenus protéiques, lipidiques et microbiens. Aussi, les propriétés protectrices du lait cru pourraient être expliquées par :

  • les effets des protéines du lactosérum qui n’ont pas perdu leurs fonctionnalités biologiques par le chauffage du lait ;
  • le rôle anti-inflammatoire de la matière grasse laitière non homogénéisée, en particulier des acides gras oméga 3 ;
  • le contenu microbien, beaucoup plus varié et abondant en l’absence de traitement thermique, qui peut moduler la flore intestinale.

Par ailleurs, la présence de microARN (petites chaînes de nucléotides) dans le lait non chauffé aurait un rôle bénéfique sur la fonction immunitaire. Enfin, des études épigénétiques ont mis en évidence que l’exposition au lait cru pendant la grossesse ou la petite enfance pouvait moduler l’expression génétique liée à l’immunité.

En conclusion, les auteurs mettent en avant que la consommation de lait cru divise. Si les sceptiques avancent les risques d’infection par des bactéries pathogènes, la consommation de lait cru est considérée aujourd’hui par de nombreux chercheurs comme un outil de prévention prometteur contre les allergies, l’asthme et les infections respiratoires.

Vous pourriez être intéressé(e) par

sem, Donec risus id id, dictum ultricies Praesent tristique