Vous lisez : Les motivations du « fait maison »
Études Populations

Les motivations du « fait maison »

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 17 mars 2016 / Date de mise à jour : 09 janvier 2017

Les motivations du « fait maison »


Lecture
Zen

Le « fait maison » est pratiqué par les personnes qui généralement suivent mieux les recommandations nutritionnelles, d’où l’intérêt de connaître leurs motivations.

Ducrot P, et al. Int J Behav Nutr Phys Act 2015;12:120. doi: 10.1186/s12966-015-0270-9.

Le « fait maison » est pratiqué par les personnes qui généralement suivent mieux les recommandations nutritionnelles, d’où l’intérêt de connaître leurs motivations.

A lire aussi dans Nutri-doc n°119.
Le « fait maison » est pratiqué par les personnes qui généralement suivent mieux les recommandations nutritionnelles, d’où l’intérêt de connaître leurs motivations.

En 2013, environ 51 600 « nutrinautes » de la cohorte NutriNet-Santé ont répondu à un questionnaire sur leurs motivations à « cuisiner maison ». Que ce soit la semaine ou le week-end, les items « cuisiner avec des produits de saison » et « cuisiner selon les goûts de ma famille », proposés parmi les 27 réponses possibles, se rangent respectivement en première et seconde position.

Cinq motivations majeures regroupant 3 à 6 items émergent de l’analyse des réponses : une « alimentation saine » (équilibre nutritionnel, produits de saison, etc.) rassemble 48,3 % des réponses contre 19 % pour les « contraintes » (ingrédients à disposition, état de fatigue, temps pour cuisiner, faim, etc.), 12,1 % pour le « plaisir » (goûts des convives, originalité de la recette, etc.), 11 % pour les « régimes spécifiques » (convictions, santé…) et 9,6 % pour l’« organisation » (préparation à l’avance, en grande quantité, etc.).

Que ce soit en semaine ou le week-end, la santé reste le critère primordial. Viennent ensuite les contraintes organisationnelles et le plaisir, les contraintes dominant le plaisir en semaine et inversement le week-end. Concernant les répondeurs, ceux qui accordent une large place à l’alimentation santé sont généralement des femmes d’âge mûr issues d’une classe socio- économique favorisée. Enfin, la maîtrise des techniques culinaires influe sur les motivations de chacun.

Vous pourriez être intéressé(e) par

ut nunc ipsum mattis Donec dolor. luctus risus ipsum pulvinar Lorem Nullam