Vous lisez : Sarcopénie : comment la prévenir ou la traiter par l’alimentation ?
Études Pathologies

Sarcopénie : comment la prévenir ou la traiter par l’alimentation ?

Temps de lecture : 3 minutes

Sarcopénie : comment la prévenir ou la traiter par l’alimentation ?


Lecture
Zen

ROBINSON, SM. REGINSTER, JY. RIZZOLI, R. « et col. » Does nutrition play a role in the prevention and management of sarcopenia? Clinical Nutrition, 2017, sous presse, p. 1-12 (doi: 10.1016/j.clnu.2017.08.016).

Protéines, vitamine D, nutriments antioxydants et acides gras polyinsaturés à longue chaine sont les éléments clés à intégrer dans un régime alimentaire pour prévenir ou traiter la sarcopénie chez la personne âgée.

La sarcopénie, qui se caractérise par une diminution de la masse, de la force et de la fonction musculaires, coexiste fréquemment avec la malnutrition chez le sujet âgé. Un groupe d’experts européens a mené une revue de littérature sur les effets des nutriments et aliments sur ces paramètres musculaires, afin de déterminer le rôle de l’alimentation dans la prévention et le traitement de la sarcopénie.

À LIRE ÉGALEMENT

La plupart des études répertoriées examinent les effets de nutriments considérés seuls, principalement les protéines, la vitamine D, les nutriments antioxydants et les acides gras polyinsaturés à longue chaine :

  • Les données d’observation montrent un lien entre une ingestion faible de protéines et une diminution de la masse et de la force musculaires. Par ailleurs, la supplémentation protéique semble avoir le potentiel de préserver la masse musculaire, en particulier chez les personnes âgées présentant des apports habituels faibles. Les auteurs mettent en avant le rôle clé de l’apport protéique ainsi que celui de l’activité physique, comme stimuli anaboliques favorisant la synthèse musculaire. La combinaison de ces deux stimuli est à encourager chez la personne âgée pour maintenir la masse et la force musculaires.
  • La vitamine D semble également être un nutriment clé pour la prévention et le traitement de la sarcopénie. La plupart des études indiquent des effets bénéfiques de la supplémentation en vitamine D sur la masse, la force ainsi que la fonction musculaires, surtout chez les personnes présentant un statut faible en vitamine D.
  • Concernant les nutriments antioxydants, si les données d’observation indiquent un lien entre leur consommation et la masse et la fonction musculaires, les rares études cliniques ne montrent pas d’effets bénéfiques d’une supplémentation sur les paramètres musculaires.
  • La consommation d’acides gras polyinsaturés à longue chaine est positivement associée à la force et à la fonction musculaires. Quelques études d’intervention ont également montré des résultats encourageants d’une supplémentation, mais plus d’essais cliniques sont nécessaires pour les confirmer et les préciser.

Quelques données sont également disponibles sur les effets des aliments ou de modèles alimentaires particuliers :

  • Les produits laitiers sont les aliments les plus étudiés en lien avec ces caractéristiques musculaires. Les études épidémiologiques et expérimentales vont dans le sens d’un effet bénéfique des produits laitiers sur la masse, la force et la fonction musculaires. Les interventions combinant supplémentation en produits laitiers et entraînement physique montrent des effets bénéfiques ou neutres sur les paramètres musculaires.
  • Le suivi du modèle d’alimentation méditerranéenne montre des associations longitudinales positives avec un fonctionnement et des performances physiques améliorées.

En conclusion, le groupe d’experts met en avant le rôle primordial de l’alimentation dans la prévention et le traitement de la sarcopénie. Le suivi de régimes alimentaires permettant des apports adéquats en protéines, vitamines D, nutriments antioxydants et acides gras polyinsaturés à longue chaine est à recommander. D’un point de vue méthodologique, l’accent est mis sur le besoin de plus d’essais cliniques afin de déterminer les mécanismes et de définir des modèles alimentaires optimaux, ainsi que sur la nécessité de diversifier les populations d’études souvent limitées aux pays les plus développés.

1137a06bc79d9fab819d23122c756665WWWWWWWWWWWWWWW