Vous lisez : Sucre, sel et matières grasses ajoutés lors de la diversification alimentaire
Études Populations

Sucre, sel et matières grasses ajoutés lors de la diversification alimentaire

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 10 juin 2019 / Date de mise à jour : 28 mai 2019

Sucre, sel et matières grasses ajoutés lors de la diversification alimentaire


Lecture
Zen

BOURNEZ, M. KSIAZEK, E. CHARLES, MA. « et col. » Frequency of use of added sugar, salt, and fat in infant foods up to 10 months in the nationwide ELFE cohort study: associated infant feeding and caregiving practices. Nutrients, 2019, 11(4), 733 (doi: 10.3390/nu11040733).

Seulement 28 % des parents suivent les recommandations françaises vis-à-vis de l’utilisation du sucre, du sel et des matières grasses, ajoutés au cours de la diversification. Les parents commençant très tôt la diversification sont particulièrement à risque de ne pas les respecter.

Les recommandations françaises du Programme National Nutrition Santé (PNNS) préconisent chez le nourrisson, au cours de la phase de diversification alimentaire, de ne pas rajouter de sucre ou de sel à l’alimentation de complément et de rajouter, par contre, de la matière grasse (non frite). Les données de consommation de plus de 10 000 enfants issus de la cohorte ELFE, représentative des enfants nés en France en 2011, ont été utilisées pour examiner les pratiques vis-à-vis de ces trois ingrédients ajoutés, entre les âges de 3 et 10 mois.

La figure ci-dessous présente les pourcentages d’enfants consommant du sucre, du sel et de la matière grasse ajoutés entre 3 et 10 mois. Sur cette période, le sucre, le sel et la matière grasse ajoutés sont respectivement utilisés par 33, 28 et 64 % des parents. Les trois recommandations de ne pas rajouter de sucre et de sel et de rajouter de la matière grasse à l’alimentation de leur enfant sont simultanément suivies par seulement 28 % des parents.

Sucre, sel et matières grasses ajoutés lors de la diversification alimentaire

Les auteurs ont par ailleurs mis en évidence que les mères allaitantes sont plus disposées à rajouter chacun des trois ingrédients à l’alimentation de complément de leur enfant. Les nourrissons commençant leur alimentation de complément avant l’âge de 4 mois ont, quant à eux, tendance à recevoir plus fréquemment du sucre et du sel et moins de matière grasse ajoutée.

Cette étude met en évidence que les recommandations du PNNS vis-à-vis de l’utilisation du sucre, du sel et de la matière grasse au cours de la diversification alimentaire ne sont que partiellement suivies. Les auteurs invitent les professionnels de santé à cibler particulièrement les parents commençant la diversification avant l’âge de 4 mois, ainsi que les femmes allaitantes, pour rappeler les recommandations du PNNS et délivrer une information personnalisée.

Vous pourriez être intéressé(e) par

quis ut amet, luctus ipsum felis in elementum velit,