Vous lisez : Symptômes gastro-intestinaux et apports nutritionnels chez les coureurs de marathon
Études Populations

Symptômes gastro-intestinaux et apports nutritionnels chez les coureurs de marathon

Temps de lecture : 1 minute

Symptômes gastro-intestinaux et apports nutritionnels chez les coureurs de marathon


Lecture
Zen

PUGH, JN. KIRK, B. FEARN, R. « et col. » Prevalence, severity and potential nutritional causes of gastrointestinal symptoms during a marathon in recreational runners. Nutrients, 2018, 10, 811 (doi: 10.3390/nu10070811).

Si les symptômes gastro-intestinaux sont relativement fréquents chez les coureurs récréatifs de marathon, ils ne sont pas corrélés aux apports nutritionnels avant ou pendant la course.

La réalisation d’exercices d’endurance prolongés, tels que des triathlons ou des marathons est souvent associée à l’apparition de symptômes gastro-intestinaux. Une équipe de recherche a étudié, chez 96 coureurs récréatifs de marathon, la prévalence et la sévérité des symptômes gastro-intestinaux pendant un marathon ainsi que leurs associations avec les apports nutritionnels avant et pendant la course.

À LIRE ÉGALEMENT

Pendant les 7 jours précédant le marathon, 43 % des participants ont déclaré souffrir de symptômes gastro-intestinaux d’intensité au moins modérée (supérieure ou égale à 4 sur une échelle de 1 à 7), principalement des flatulences (16 %). Pendant la course, ce sont 27 % des participants qui ont rapporté la présence de symptômes gastro-intestinaux modérés ou plus graves, principalement des nausées (8 %). La présence de symptômes pendant le marathon est significativement corrélée à celle pendant la semaine précédant le jour de la course (P < 0,001).

Les apports nutritionnels pendant les 24h précédant la course, au petit-déjeuner du jour du marathon, et pendant la course ont été évalués. Aucune corrélation significative n’a été mise en évidence entre les symptômes gastro-intestinaux et les apports nutritionnels avant ou pendant le marathon.

En conclusion, cette étude met en avant une prévalence relativement importante de symptômes gastro-intestinaux chez le coureur récréatif, avant et pendant un marathon. Aucun lien entre ces symptômes et les apports nutritionnels n’a pu être démontré.

massa ultricies elit. venenatis, ut Aenean ut dictum