Vous lisez : Une étude suédoise montre que la consommation de produits laitiers diminue le risque de maladie cardiovasculaire
Études Pathologies

Une étude suédoise montre que la consommation de produits laitiers diminue le risque de maladie cardiovasculaire

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 05 septembre 2011 / Date de mise à jour : 27 janvier 2017

Une étude suédoise montre que la consommation de produits laitiers diminue le risque de maladie cardiovasculaire


Lecture
Zen

Cette étude prospective suédoise montre que le risque de maladie cardiovasculaire est plus faible chez les plus grands consommateurs de produits laitiers et, en particulier, de yaourts et laits fermentés. La consommation de fromage est aussi associée à une diminution du risque chez la femme.

Sonestedt E, Wirfält E, Wallström P et al. (2011) Dairy products and its association with incidence of cardiovascular disease : the Malmö diet and cancer cohort; European Journal of Epidemiology, DOI 10.107/s 10654-011-9589-y

Cette étude prospective suédoise montre que le risque de maladie cardiovasculaire est plus faible chez les plus grands consommateurs de produits laitiers et, en particulier, de yaourts et laits fermentés. La consommation de fromage est aussi associée à une diminution du risque chez la femme.
26 445 habitants de Malmö, en Suède, âgés de 44 à 74 ans et sans antécédent ont été suivis sur 12 ans en moyenne. En tout, 2520 évènements cardiovasculaires (coronaires et vasculaires cérébraux) sont survenus.
Les participants ont rempli un carnet alimentaire sur 7 jours qui précisait la taille des portions, complété par un questionnaire de 168 items sur les aliments régulièrement consommés à l’année.

Dans cet article, les auteurs ont analysés les données en lien avec la consommation de produits laitiers après ajustement sur de nombreuses variables (âge, sexe, IMC, niveau d’études, activité physique…) :

  • les plus grands consommateurs de produits laitiers avaient une diminution significative du risque de maladie cardiovasculaire,
  • en particulier, le risque cardiovasculaire des plus grands consommateurs de yaourts et laits fermentés était diminué de 15% par rapport à ceux qui n’en consommaient pas,
  • chez les femmes, la consommation de fromage était également associée à une diminution du risque.

Parmi les hypothèses pouvant expliquer ces résultats, les auteurs évoquent la composition nutritionnelle du lait et ses nombreux micronutriments, l’effet probiotique des laits fermentés qui peuvent moduler la composition de la flore intestinale et la production par les bactéries lactiques de peptides bioactifs qui diminuent la pression artérielle.

Vous pourriez être intéressé(e) par

commodo in Praesent Aenean eget felis et, risus. venenatis, quis, leo ut