Vous lisez : Avis de l’Efsa sur la consommation de lactose en cas de déficit en lactase
Rapports Pathologies

Avis de l’Efsa sur la consommation de lactose en cas de déficit en lactase

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 10 octobre 2010 / Date de mise à jour : 16 janvier 2017

Avis de l’Efsa sur la consommation de lactose en cas de déficit en lactase


Lecture
Zen

On peut consommer ¼ L de lait sans problème même si on a un déficit en lactase, concluent les experts de l’Efsa.

L’Efsa , l’ agence européenne de sécurité alimentaire, vient de rendre un avis sur le seuil de lactose toléré en cas de déficit primaire en lactase.
L’EFSA rappelle que la diminution de l’activité lactasique après le sevrage est un phénomène normal , mais que le lactose non digéré  peut, en arrivant dans le côlon, entraîner chez certains sujets des signes digestifs  (ballonnements, douleurs abdominales, diarrhée…) correspondant à ce que l’on appelle l’intolérance au lactose.
Déficit en lactase n’est pas synonyme d’intolérance au lactose, tout dépend de l’activité lactasique résiduelle et de la quantité de lactose consommée. L’Efsa estime qu’il est impossible de déterminer un seuil de tolérance pour tous les hypolactasiques du fait de la grande variabilité individuelle. Mais l’analyse de l’ensemble des sonnées scientifiques indique que la grande majorité de ces sujets peuvent consommer en une seule fois 12 g de lactose (soit 1/4 L de lait) sans problème, et sans doute plus lorsque la consommation de lait est fractionnée en plusieurs prises au cours de la journée.

Source :  EFSA Journal 2010;8(9):1777

in eleifend consequat. venenatis ipsum nunc