Vous lisez : De l’importance de prendre en compte la matrice des produits laitiers pour déterminer leurs effets sur la santé
Rapports Aliments

De l’importance de prendre en compte la matrice des produits laitiers pour déterminer leurs effets sur la santé

Temps de lecture : 2 minutes

De l’importance de prendre en compte la matrice des produits laitiers pour déterminer leurs effets sur la santé


Lecture
Zen

THORNING, TK. BERTRAM, HC. BONJOUR, JP. « et col. » Whole dairy matrix or single nutrients in assessment of health effects: current evidence and knowledge gaps. American Journal of Clinical Nutrition, 2017, 105(5), p. 1033-1045 (doi: 10.3945/ajcn.116.151548).

Afin d’avoir une meilleure connaissance des liens entre la consommation de produits laitiers et la santé, la prise en compte du rôle de la matrice des produits laitiers est primordiale afin de ne pas limiter l’effet de chaque aliment à la somme des effets de ses constituants considérés isolément.

Les études évaluant les relations entre les produits laitiers et la santé se focalisent le plus souvent sur les effets de certains de leurs constituants considérés individuellement (par exemple le calcium, la matière grasse laitière, la caséine, ou encore les composantes de la membrane du globule gras du lait). Une alternative à cette approche réductionniste est la prise en compte de l’aliment dans son ensemble, qui permet de considérer les interactions entre les différents constituants au sein de la matrice de l’aliment en question.

Un groupe de dix-huit experts scientifiques s’est réuni en septembre 2016 pour faire le point sur les effets potentiels de la matrice des produits laitiers et sur la pertinence de sa prise en compte pour déterminer les liens entre les laitages et la santé. Les consensus suivants ont été obtenus :

  1. Les méta analyses des études d’observation concluent à une absence de relation entre la consommation des produits laitiers considérés individuellement (prenant donc en compte l’effet de la matrice) et les risques cardiovasculaires (coronarien ou vasculaire cérébral) ou de diabète de type 2 sont peu nombreuses. La consommation spécifique de produits laitiers fermentés y compris les fromages semble être, quant à elle, plutôt protectrice.
  2. Les études d’intervention montrent un effet bénéfique plus marqué sur le poids corporel, le risque cardiovasculaire et la santé osseuse, des produits laitiers comparativement à celles des constituants laitiers isolés.
  3. D’autres études d’intervention comparant les effets de différents produits laitiers montrent des impacts distincts sur les paramètres lipidiques. Par exemple la matière grasse laitière consommée au sein de la matrice « fromage » diminue le LDL-chol en comparaison avec la matrice « beurre ».
  4. Les travaux comparant des produits laitiers de même composition, mais de structures différentes (modifiées par exemple par des procédés de fabrication particuliers) montrent des effets distincts sur la réponse métabolique ou sur les sensations de satiété, suggérant un renforcement possible des interactions au sein de la matrice, suite à l’application de certains procédés. Par exemple, l’application d’un traitement à ultra-haute température semble augmenter la vitesse de digestion des protéines laitières, ce qui n’est pas le cas de la pasteurisation.

En conclusion, ces éléments mettent en évidence un effet de la matrice complexe des produits laitiers, qui module leurs propriétés nutritionnelles et fonctionnelles. Les experts insistent sur la nécessité d’axer les recherches à venir autour de cet effet matrice, afin que les futures recommandations nutritionnelles prennent en compte chaque aliment examiné dans son ensemble, plutôt qu’en fonction de la somme de ses constituants.

 

 

 

dc8f48d54f2450857fdff2f1a4e266c2)))))))))))))))))))))))