Vous lisez : Pour une utilisation raisonnée des « laits de croissance »
Rapports Aliments

Pour une utilisation raisonnée des « laits de croissance »

Temps de lecture : 2 minutes

Pour une utilisation raisonnée des « laits de croissance »


Lecture
Zen

ESPGHAN Committee. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2018 Jan;66(1):177-185. doi: 10.1097/MPG.0000000000001821.

Dans la lignée de l’EFSA, l’ESPGHAN reconnaît que les préparations pour jeunes enfants (PPJE) constituent l’un des moyens, mais le pas le seul, pour améliorer le statut nutritionnel des enfants de 1 à 3 ans.

Plus communément, mais improprement, appelés « laits de croissance », les PPJE sont des boissons à base de lait, ou de certaines protéines végétales, destinées à corriger les apports nutritionnels souvent inadéquats (insuffisants ou excessifs) chez les enfants de 1 à 3 ans.

Alors que leur commercialisation et leur consommation sont en hausse, il n’existe pas de réglementation stricte encadrant leur composition au niveau européen. Depuis juillet 2016, ils ne font plus partie de la catégorie des aliments diététiques et sont simplement des aliments enrichis en certains nutriments et destinés à un groupe de population spécifique.

L’analyse nutritionnelle des PPJE commercialisées montre une extrême variabilité de leur composition qui se révèle parfois inappropriée avec notamment un excès de protéines (jusqu’à 6.7g/100 kcal) et des quantités importantes de sucres ajoutés (jusqu’à 10.4 g/100 kcal).

L’analyse de la littérature montre cependant que les PPJE peuvent aussi aider à couvrir les besoins en fer, vitamine D et acide alpha-linolénique pour lesquels il existe des déficiences en Europe chez les enfants de 1 à 3 ans. En outre, les PPJE permettent de limiter les apports protéiques souvent excessifs des jeunes Européens.

Par conséquence, les recommandations de l’ESPGHAN sont les suivantes :
– l’allaitement maternel peut être poursuivi après 1 an lorsque cela est possible
– l’utilisation des PPJE ne doit pas être systématique. Elle constitue l’un des moyens pouvant améliorer les apports nutritionnels des jeunes enfants, mais pas le seul. Des alternatives existent : conseils diététiques de diversification, utilisation de lait de vache ou de céréales enrichies, prescription de suppléments.
– Pour harmoniser la composition des PPJE, un encadrement législatif est nécessaire. Cette composition doit se rapprocher de celle des préparations de suite (ou laits 2 âge) pour l’énergie, le fer, la vitamine D et les omégas 3. En revanche, la teneur en protéines doit être encore abaissée et se rapprocher de la limite inférieure autorisée (s’il s’agit de protéines d’origine animale).

En pratique, cette position de l’ESPGHAN vient à l’encontre des recommandations généralement admises en France, à savoir 500 ml /jour de PPJE entre 1 et 3 ans. Une analyse plus globale de l’alimentation de l’enfant doit être réalisée. Les préparations de suite peuvent être utilisées en place et lieu des PPJE.

justo ipsum ut nunc felis tempus vulputate, leo Phasellus dolor.