Vous lisez : Recommandations de la HAS pour la prise en charge de l’anorexie mentale
Rapports Pathologies

Recommandations de la HAS pour la prise en charge de l’anorexie mentale

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 04 novembre 2010 / Date de mise à jour : 16 janvier 2017

Recommandations de la HAS pour la prise en charge de l’anorexie mentale


Lecture
Zen

Les recommandations de la haute autorité de santé (HAS) pour la prise en charge de l’anorexie mentale proposent un cadre de référence à tous les professionnels de santé susceptibles de rencontrer cette pathologie. Les recommandations de l’HAS prennent en compte toutes les étapes du processus depuis le repérage et le diagnostic du sujet anorexique jusqu’à la prise en charge ambulatoire ou l’hospitalisation.

Repérage et diagnostic

L’HAS insiste sur les avantages d’un repérage précoce de la maladie. Plusieurs signes évocateurs sont listés, parmi lesquels le ralentissement de la croissance (enfant), le retard pubertaire ou l’aménorrhée (adolescente) et l’hyperactivité physique et/ou intellectuelle (adolescent ou adulte).

Le diagnostic doit respecter les critères du CIM-10 ou du DSM-IV-TR, lesquels sont rappelés en annexe.

Par ailleurs : « Il est prioritaire d’instaurer une relation de qualité entre le praticien, le patient et l’entourage pour l’établissement d’une alliance thérapeutique. »

Premiers soins et filière de prise en charge

Excepté en cas d’urgence, toute prise en charge doit être initialement ambulatoire. La prise en charge doit être multidisciplinaire et s’organier autour d’un médecin coordinateur.

L’HAS détaille les éléments indispensables de l’évaluation de la gravité du cas, de la prise en charge thérapeutique (aspects nutritionnels, somatiques, psychologiques et sociaux et pharmacologiques) et de l’information du patient et de son entourage.

Prise en charge hospitalière

L’hospitalisation à temps plein se décide au cas par cas, sur la base d’un examen clinique complet. Elle est indiquée en cas d’urgence vitale somatique ou psychique, d’épuisement, de crise familiale, avant que le risque vital ne soit engagé ou si la prise en charge ambulatoire a échoué.

L’hospitalisation de jour est une étape possible avant l’hospitalisation à temps plein, notamment pour permettre une évaluation du cas approfondie.

Les objectifs et les modalités de soins sont détaillés, ainsi que la durée d’hospitalisation, les sorties prématurées et l’hospitalisation sous contrainte.

Les recommandations de bonne pratique de l’HAS « Anorexie mentale : prise en charge » constituent donc un document de base incontournable pour tout professionnel de santé amené à rencontrer ou suivre des personnes atteintes d’anorexie mentale.
Le dossier complet est consultable sur le site de l’HAS.

Donec id amet, quis, vel, Praesent odio elit.