Vous lisez : Vitamine D : les pédiatres préconisent une révision des recommandations
Rapports Nutriments

Vitamine D : les pédiatres préconisent une révision des recommandations

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 03 juillet 2012 / Date de mise à jour : 16 janvier 2017

Vitamine D : les pédiatres préconisent une révision des recommandations


Lecture
Zen

La fréquence du déficit en vitamine D, spécialement au sortir de l’hiver, suggère de revoir à la hausse les recommandations de supplémentation en vitamine D chez la femme enceinte, l’enfant et l’adolescent. Le Comité de Nutrition de la Société Française de Pédiatrie propose une révision de ces recommandations.La vitamine D  joue un rôle majeur dans l’homéostasie phosphocalcique et la minéralisation osseuse. De nombreuses études d’observation suggèrent également un rôle de protection vis-à-vis de certains cancers (colon, sein, prostate), de maladies infectieuses (tuberculose, maladies virales), auto immunes (psoriasis, sclérose en plaques, lupus, diabète de type 1) et cardio-vasculaires.
Le taux plasmatique de calcidiol 25(OH)D est le marqueur biologique qui permet d’évaluer le statut en vitamine D. Chez l’enfant, un seuil de déficit (risque élevé de minéralisation osseuse insuffisante voire pathologie extra osseuse) a été fixé à 50nmol/L et un seuil de carence (risque élevé de rachitisme) à 30nmol/L.
En France, la plupart des adolescents  ont des concentrations < 50nmol/L  en hiver. Chez le nouveau né,  le statut vitaminique dépend de celui de sa mère d’autant plus quand il est allaité.
La supplémentation paraît donc nécessaire si l’on souhaite améliorer le statut en vitamine D des enfants. La vitamine D3 est à privilégier à la D2 qui semble moins active. Les auteurs suggèrent que les recommandations ministérielles (1971) et les Apports Nutritionnels Conseillés (2001) soient actualisés.
Quant à la limite supérieure de consommation, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a proposé en 2006 une limite de 1 000 UI/jour jusqu’à 10 ans et de 2 000 UI/jour à partir de 11 ans.

Population

Dose

1µg = 40 UI

Fréquence

Femme enceinte

80 000 – 100 000 UI

Une fois au début du 7ème mois de grossesse

Nourrisson allaité

1 000 – 1 200 UI

Par jour

Enfant <18mois recevant du lait enrichi en vit D

600 – 800 UI

Par jour

Enfant <18mois recevant du lait de vache non enrichi en vit D

1 000 – 1 200 UI

Par jour

Enfant de 18 mois à 5 ans et adolescent de 10 à 18 ans

Pas de recommandation validée de 5 à 10 ans (études en cours)

80 000 -100 000 UI

2 doses de charge trimestrielles en hiver (novembre et février)

Recommandations de supplémentation de vitamine D en l’absence de risques particuliers*


*Risques particuliers pouvant justifier une supplémentation à l’année ou des doses plus importantes : pigmentation cutanée foncée, absence d’exposition au soleil, affection dermatologique ou port de vêtement couvrant empêchant une exposition au soleil, malabsorption digestive, cholestase, syndrome néphrotique, insuffisance rénale, obésité, végétalisme et certains traitements (rifampicine, traitement antiépileptique, phénobarbital, phénytoine)

Donec Nullam vel, facilisis Lorem tempus diam massa at