AccueilBrèves scientifiquesPopulationsJFN 2023 – Poids et santé : de la conception à l’âge

JFN 2023 – Poids et santé : de la conception à l’âge

Brèves scientifiques
Publié le 29/01/2024
Modifié le 30/01/2024
Modifié le 30/01/2024
Temps de lecture : 13 minutes
Adobe

La santé des enfants tient toujours une place importante aux Journées Francophones de Nutrition (JFN). L’édition 2023 ne fait pas exception. En témoignent par exemple deux conférences examinant d’une part les impacts des conditions de vie intra-utérine sur la santé à l’âge adulte et d’autre part le cas spécifique des adolescents en situation d’obésité.

Poids / terme de naissance et santé à l’âge adulte

Selon le paradigme des origines développementales de la santé et des maladies (DOHaD), des modifications épigénétiques retiennent en mémoire les effets des facteurs environnementaux auxquels un individu est soumis tout au long de sa vie, une période cruciale étant celle du développement précoce, pré- et postnatal. Marie-Aline Charles (Paris) effectue des recherches sur les conséquences à l’âge adulte de marqueurs des conditions de vie intra-utérine. Elle présente les résultats d’une étude dont l’objectif est d’examiner l’ensemble des conséquences associées au petit poids de naissance, au gros poids de naissance et à la prématurité chez les jeunes adultes.

Pour cette étude, les données de la cohorte épidémiologique Constances composée d’adultes âgés de 18 à 69 ans au recrutement, entre 2012 et 2020, dans 21 départements français ont été utilisées. Les poids de naissance ont été classés en 3 catégories :

  1. petit poids de naissance (pour ceux inférieurs au 10e percentile : 2,8 kg pour les garçons et 2,68 kg pour les filles) ;
  2. poids de naissance intermédiaire ;
  3. et gros poids de naissance (pour ceux supérieurs au 90e percentile : 4 kg pour les garçons, 3,82 kg pour les filles).

Les enfants nés avant la 37e semaine d’aménorrhée ont, par ailleurs, été considérés comme étant prématurés.

Au total, ce sont 22 pathologies et symptômes qui ont été étudiés (soit tous ceux ayant une prévalence d’au moins 1 % dans cette population). Ces pathologies sont associées à :

  • la santé métabolique et hormonale ;
  • la santé respiratoire ;
  • les pathologies cutanées et allergiques ;
  • les pathologies articulaires ;
  • la santé mentale et cognitive ;
  • la santé de la femme (en particulier les troubles liés au cycle menstruel).

Les résultats montrent que c’est la santé métabolique qui est la plus affectée par le fait d’avoir un petit poids de naissance. En effet, il apparaît que, parmi les 73 000 participants à l’étude ayant renseigné le poids de naissance, l’excès de risque concernant le diabète ou prédiabète, le syndrome métabolique ou encore l’hypertriglycéridémie est de 30 à 40 % chez ceux ayant un petit poids de naissance. Le risque d’hypertension artérielle est aussi supérieur, ainsi que, surtout chez les hommes, celui de stéatose hépatique non alcoolique ou celui de présenter une concentration élevée de LDL cholestérol.

Au-delà de la santé métabolique, Marie-Aline Charles souligne deux autres impacts du petit poids de naissance :

  • sur la santé respiratoire : un excès de risque de 10 % concernant  l’asthme ;
  • sur la santé mentale et cognitive : un risque légèrement plus élevé de présenter des syndromes d’anxiété.

Le gros poids de naissance est quant à lui associé à :

  • un excès de risque d’obésité / obésité abdominale compris entre 20 et 30 % ;
  • un excès de risque de stéatose hépatique chez les femmes uniquement ;

Par ailleurs, le fait d’avoir un gros poids de naissance serait plutôt protecteur vis-à-vis de l’hypertriglycéridémie, de l’hyperglycémie à jeun et, chez les femmes, de l’hypertension artérielle et de l’asthme.

Concernant la prématurité, elle concerne 5,2 % des 31 000 participants ayant cette donnée renseignée. Dans l’échantillon, la prématurité est associée à :

  • un risque plus élevé d’obésité à l’âge adulte ;
  • des risques métaboliques globalement similaires à ceux des petits poids de naissance ;
  • un risque d’asthme légèrement plus marqué.

En conclusion, Marie-Aline Charles souligne le fait que c’est le risque métabolique qui est le plus affecté par les conditions de naissance : pas d’excès de risque d’obésité, mais excès de risque de pathologies métaboliques pour les petits poids de naissance ; pas d’excès de risque de pathologies métaboliques, mais excès de risque d’obésité pour les gros poids de naissance ; excès de risque d’obésité et de pathologies métaboliques pour les personnes nées prématurément. La chercheuse insiste sur l’importance de considérer ces paramètres de naissance dans les stratégies de dépistage à l’âge adulte, par exemple dans le cadre de la prévention du diabète de type 2.

Perceptions à l’égard des adolescents en situation d’obésité

La pédiatre Pauline Vallois (Flers) étudie, quant à elle, les paramètres pouvant améliorer la prise en charge de l’obésité chez les adolescents. Elle présente les résultats d’une enquête transversale mondiale (ACTION Teens) menée dans 10 pays (parmi lesquels le Royaume-Uni, l’Espagne, la Turquie, le Mexique, l’Arabie Saoudite ou encore l’Australie) examinant les perceptions, attitudes et comportements associés à l’obésité de l’adolescent et à sa prise en charge.

Trois populations ont participé à cette étude :

  • 5 275 adolescents âgés de 12 à 18 ans et présentant un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur au 95e percentile ;
  • 5 389 personnes issues de l’entourage de ces adolescents, âgées de 25 ans ou plus et cohabitant avec l’enfant au moins 50 % du temps ;
  • 2 323 professionnels de santé ayant suivi au moins 10 adolescents en situation d’obésité au cours d’un mois donné.

Trois questionnaires distincts, mais complémentaires, ont été utilisés par ces trois populations différentes, comprenant des questions sur les attitudes et les croyances relatives à l’obésité et à son impact, aux tentatives de perte de poids, ainsi qu’aux motivations et obstacles rencontrés dans la prise en charge.

Les résultats montrent que :

  • les 3 populations reconnaissent que l’obésité peut avoir un impact sur la santé et le bien-être, similaire voire supérieur à celui des maladies cardiaques, du cancer ou du diabète. Ce sont cependant les professionnels de santé qui sont les plus enclins à reconnaître les impacts de l’obésité ;
  • 76 % des adolescents se déclarent préoccupés par leur poids et 85 % par sa possible influence sur leur santé future. La pédiatre souligne que ces perceptions sont moins partagées par les membres de l’entourage de ces adolescents ;
  • si seulement 27 % des professionnels et 37 % de l’entourage estiment que la perte de poids relève uniquement de la responsabilité des adolescents, ils sont 65 % parmi les adolescents à croire en cette affirmation. Pour Pauline Vallois, ces résultats témoignent de la pression importante que peuvent se mettre les adolescents vis-à-vis de la problématique de la perte de poids ;
  • 58% des adolescents déclarent avoir essayé de perdre du poids au cours de l’année écoulée tandis que les membres de l’entourage sont moins nombreux à reconnaître ces tentatives de perte de poids (41 %). Les professionnels ont, quant à eux indiqué que 38 % de leurs patients ont fait une tentative sérieuse de perte de poids sur la même période ;
  • les motivations les plus fréquemment rapportées pour la perte de poids sont le désir d’être en meilleure forme (amélioration de la condition physique) selon les adolescents (40 %) et les membres de l’entourage (32 %), et le désir d’améliorer la vie sociale et la confiance en soi selon les professionnels de santé (69 %) ;
  • le fait de ne pas pouvoir contrôler sa faim est l’obstacle le plus fréquent à la perte de poids selon les adolescents (38 %) et l’entourage (29 %), tandis que les professionnels (93 %) considèrent que ce sont les habitudes alimentaires déséquilibrées qui sont le principal obstacle à la perte de poids.

En conclusion, la pédiatre met en lumière les discordances de perception pouvant exister entre les adolescents en situation d’obésité, leur entourage et les professionnels de santé. Les tentatives de perte de poids des adolescents semblent être sous-estimées par les professionnels, tandis que les membres de l’entourage ont tendance à sous-estimer à la fois l’impact de l’obésité sur la santé et le bien-être, et les tentatives de perte de poids. Les motivations clés et les obstacles à la perte de poids ne semblent pas non plus alignés entre adolescents et professionnels. Ces divergences peuvent avoir un impact négatif sur le niveau de soutien et l’efficacité des soins que les adolescents reçoivent de la part des professionnels ainsi que de leur entourage.