Vous lisez : Acides gras saturés et maladie cardiovasculaire : une relation à revoir
Études Nutriments

Acides gras saturés et maladie cardiovasculaire : une relation à revoir

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 06 mars 2012 / Date de mise à jour : 03 février 2017

Acides gras saturés et maladie cardiovasculaire : une relation à revoir


Lecture
Zen

La consommation d’acides gras saturés (AGS) n’augmenterait pas le risque de maladie cardiovasculaire. En revanche, remplacer les AGS par des acides gras mono-insaturés ou des glucides pourrait augmenter le risque cardiovasculaire.

Kuipers RS, de Graaf DJ, Luxwolda MF et col. (2011) Saturated fat, carbohydrates and cardiovascular disease, the Netherlands Journal of Medicine ; 69(9):372-378.

La consommation d’acides gras saturés (AGS) n’augmenterait pas le risque de maladie cardiovasculaire. En revanche, remplacer les AGS par des acides gras mono-insaturés ou des glucides pourrait augmenter le risque cardiovasculaire.Cette revue de la littérature analyse la relation entre le risque de maladie cardiovasculaire et la consommation d’acides gras saturés (AGS), ou leur remplacement partiel (environ 1/3) par des  glucides, des acides gras mono insaturés ou des acides gras polyinsaturés (AGPI). Pour les auteurs :

  • Il n’y a pas de lien entre la consommation d’AGS et le risque de maladie cardiovasculaire (une légère augmentation du cholestérol LDL mais pas des évènements cardiovasculaires). La consommation de lait et de produits laitiers n’y est pas liée non plus, certaines études montreraient même une diminution du risque.
  • Remplacer les AGS par des glucides augmente le risque d’évènement coronarien de 7% et le risque d’infarctus du myocarde augmente de 33% si ce sont des glucides à IG élevé.
  • Remplacer les  AGS par des acides gras mono insaturés augmente également le  risque de maladie cardiovasculaire de 19% ce qui remet en question la réputation du « régime méditerranéen ». La mortalité n’est cependant pas augmentée.
  • Remplacer  les AGS par des oméga 6 ne montre pas de bénéfice. Seul le remplacement des AGS exclusivement par des oméga 3 réduit le risque.

Les AGS se voient donc réhabilités et on ne gagne pas à les diminuer surtout si la baisse se fait au profit des glucides. Dans le cadre d’une alimentation variée, incluant suffisamment d’oméga 3 (poissons gras et huile de colza), la consommation d’acides gras saturés (beurre, lait, etc…) n’a pas d’effet délétère sur le risque cardiovasculaire.

Vous pourriez être intéressé(e) par

ut consequat. tempus pulvinar tristique dolor. vel, ut commodo id