Vous lisez : Actualités en bref et articles sélectionnés pour vous (NUTRI-doc n°118)
Études Aliments

Actualités en bref et articles sélectionnés pour vous (NUTRI-doc n°118)

Temps de lecture : 4 minutes

Date de publication : 18 janvier 2016 / Date de mise à jour : 06 janvier 2017

Actualités en bref et articles sélectionnés pour vous (NUTRI-doc n°118)


Lecture
Zen

OMS : les maladies d’origine alimentaire

Pour la première fois, un rapport de l’OMS estime la charge mondiale de morbidité liée aux maladies d’origine alimentaire (MOA). En 2010, 600 millions de cas de MOA ont été répertoriés (1 personne sur 10) et ont entraîné 420 000 décès. Ce sont les enfants de moins de 5 ans qui sont les plus touchés : 125 000 décès. La contamination des aliments est essentiellement due à 31 agents pathogènes, bactéries, virus, parasites, toxines et produits chimiques avec une domination de maladies diarrhéiques. Les régions les plus touchées sont l’Afrique et l’Asie du Sud-Est.
Synthèse en français :
http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/200048/1/WHO_FOS_15.02_fre.pdf?ua=1
Rapport en anglais :
http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/199350/1/9789241565165_eng.pdf?ua=1

ANSES : les apports alimentaires des Français

• Avis relatif à l’évaluation des apports en vitamines et minéraux issus de l’alimentation non enrichie, de l’alimentation enrichie et des compléments alimentaires dans la population française : estimation des apports usuels, des prévalences d’inadéquation et des risques de dépassement des limites de sécurité : le risque de dépassement des limites de sécurité reste marginal, en revanche des groupes sont à risque de déficit pour certains micronutriments. Parmi les perspectives identifiées : générer des travaux sur les populations particulières (végétariens/végétaliens,
femmes enceintes…). www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012sa0142.pdf

• Avis-Rapport d’étude sur les apports en acides gras de la population vivant en France et comparaison aux apports nutritionnels conseillés définis en 2010.
www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012sa0142.pdf

Restauration collective au travail

Le Crédoc publie un travail de recherche sur la restauration collective au travail qui s’appuie sur les données CCAF 2010. Sont étudiés les pratiques et comportements des usagers de la restauration d’entreprise ou administrative.
La synthèse : http://www.credoc.fr/pdf/4p/277.pdf
L’étude : http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C317.pdf

Étiquetage

La date limite d’utilisation optimale (DLUO) est devenue la date de durabilité minimale (DDM). http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Date-limite-de-consommation-DLC-et-DDM

EFSA

• Un rapport technique de l’EFSA sur les aliments pour sportifs fait suite à une demande de la Commission européenne. En effet, la réglementation européenne relative à l’alimentation particulière est en cours de refonte, l’un des points porte sur la nécessité d’une réglementation particulière encadrant les produits pour sportifs :http://www.efsa.europa.eu/fr/supporting/pub/871e

• Avis sur la consommation d’insectes : http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/4257
Cinquante ans de consommation alimentaire

Depuis 1960, les ménages consacrent à l’alimentation une part de plus en plus réduite de leurs dépenses de consommation : 20 % en 2014 contre 35 % en 1960. En cinquante ans, la consommation alimentaire par habitant a malgré tout augmenté régulièrement en volume, mais moins rapidement que l’ensemble de la consommation. La composition du panier alimentaire s’est par ailleurs modifiée. Pour en savoir plus : INSEE Première n° 1568. Octobre 2015. http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1568/IP1568.pdf

Déglutition et dénutrition de la personne âgée : actions novatrices pluridisciplinaires à l’hôpital Charles-Foix.

Bourges E, et al. Information Diététique 2015;3:35-44.
Les auteurs partagent leur expérience dans la prise en charge de l’alimentation des personnes âgées avec dénutrition et/ou troubles de la déglutition. Ils insistent sur l’interdisciplinarité, les formations et les moments d’échanges avec le personnel chargé des repas. La qualité de vie des patients institutionnalisés repose en grande partie sur la communication entre soignants, qu’elle soit orale ou écrite.

Relation entre la mastication et la qualité de l’alimentation des aînés de l’étude longitudinale québécoise sur la nutrition et le vieillissement NuAge

Cusson V, et al. Can J Aging 2015;1-9. http://dx.doi.org/10.1017/S0714980815000471

L’article présente les résultats d’une partie de l’étude québécoise NuAge concernant les relations entre la qualité de la mastication et les apports alimentaires chez des aînés (67-84 ans). Dans cet échantillon, l’efficacité masticatoire (mesurée ou perçue) n’était pas associée aux apports en fruits et légumes, protéines, vitamine C ni en folate.

L’hyperperméabilité intestinale : un concept nouveau ?

Ménard S. Nutrition Infos 2015;(45):40-3.

La barrière intestinale est la plus grande surface du corps en contact et d’échanges avec le milieu extérieur. Une altération de la perméabilité intestinale pourrait favoriser la pathogenèse de maladies auto-immunes et du syndrome métabolique.

Faut-il enrichir les laits infantiles avec du cholestérol ?

Martin JC, et al. Cah Nutr Diet 2015 ;50:215-9.

Alors que le lait maternel apporte au nourrisson l’équivalent de 5 à 10 fois la quantité de cholestérol de celle d’un adulte, la quantité de cholestérol présente dans les laits infantiles n’a cessé de diminuer au cours des années par dilution avec les graisses végétales utilisées pour ajuster les apports. L’article fait le point sur les données disponibles, ainsi que les moyens possibles à mettre en œuvre, pour répondre à la question de l’importance des apports en cholestérol en période néonatale.

Vous pourriez être intéressé(e) par

vulputate, Praesent non at quis ut fringilla luctus