Vous lisez : Allergies alimentaires chez les seniors
Études Pathologies

Allergies alimentaires chez les seniors

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 02 juin 2020

Allergies alimentaires chez les seniors


Lecture
Zen

DE MARTINIS, M. SIRUFO, MM. VISCIDO, A. « et col. » Food allergies and ageing. International Journal of Molecular Sciences, 2019, 20, 5580, doi: 10.3390/ijms20225580.

Si elles sont plus fréquentes chez les enfants, les allergies alimentaires constituent un véritable problème de santé aussi chez les seniors. Plusieurs facteurs favorisent leur développement dans cette population, parmi lesquels l’immunosénescence, la diminution de la fonction barrière intestinale et la modification du microbiote intestinal.

Les allergies alimentaires ont longtemps été considérées comme un problème pédiatrique, car elles débutent souvent pendant l’enfance pour disparaître parfois à l’âge adulte. Une revue de littérature fait le point sur l’état des connaissances concernant les allergies alimentaires dans la population spécifique des seniors, dont la prévalence a été évaluée à 10 %, chiffre très probablement sous-estimé selon les auteurs. Cette étude analyse les mécanismes sous-jacents à l’apparition des allergies alimentaires dans cette population.

Les auteurs mettent tout d’abord en lumière le rôle important joué par l’immunosénescence (c’est-à-dire le vieillissement du système immunitaire) dans le développement des allergies alimentaires chez les seniors. Ce phénomène se caractérise en particulier par un remodelage complexe du système immunitaire : l’augmentation plasmatique du niveau des cytokines pro-inflammatoires (réponse cytokinique de type Th2 préférentiellement à Th1) conduisant à un état inflammatoire chronique de bas grade aussi appelé « inflammaging ».

La diminution de la fonction barrière intestinale contribue aussi à cet état inflammatoire et favorise la pénétration des allergènes. Ce phénomène est aggravé par la diminution de la capacité digestive, elle-même liée à la consommation d’alcool, à la prise de médicaments ou encore aux multiples pathologies liées à l’âge.

Les carences en certains minéraux et vitamines peuvent aussi favoriser une activation préférentielle des cellules Th2 en particulier la carence en zinc qui engendre une réduction de la production des cytokines Th1. Les carences en fer et en vitamine D sont aussi citées par les auteurs comme étant associées au développement des allergies alimentaires liées à l’âge.

Enfin, la dégradation des réponses immunitaires localisées au niveau des muqueuses gastro-intestinales, ainsi que la modification de la composition du microbiote intestinal, elle-même accélérée par la prise d’antibiotiques, représentent deux autres éléments clés relevés par les auteurs.

Pour conclure, les auteurs proposent un schéma (cf. figure 1) qui récapitule les principaux mécanismes et facteurs de risques liés au développement des allergies chez les seniors.

Allergies alimentaires chez les seniors

Vous pourriez être intéressé(e) par

dolor. risus. suscipit id, libero tristique sem, justo id Donec ipsum ipsum