Vous lisez : AVC ischémique et hémorragique : quels liens avec l’alimentation ?
Études Pathologies

AVC ischémique et hémorragique : quels liens avec l’alimentation ?

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 09 mars 2020

AVC ischémique et hémorragique : quels liens avec l’alimentation ?


Lecture
Zen

TONG, TYN. APPLEBY, PN. KEY, TJ. « et col. » The associations of major foods and fibre with risks of ischaemic and haemorrhagic stroke: a prospective study of 418 329 participants in the EPIC cohort across nine European countries. European Heart Journal, 2020, ehaa007 (doi: 10.1093/eurheartj/ehaa007).

Les fruits et légumes, les produits laitiers et les fibres sont associés à une diminution du risque d’AVC ischémique alors qu’une forte consommation de viande rouge est associée à une modeste augmentation. Seule une consommation élevée d’œufs est liée à la hausse du risque d’AVC hémorragique.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) résulte, dans environ 80 % des cas, de l’occlusion d’une artère cérébrale par un caillot sanguin. Il est dans ce cas appelé AVC ischémique ou infarctus cérébral. Dans les 20 % des cas restants, il correspond à la rupture d’une artère cérébrale au niveau du cortex ou des méninges, on parle alors d’hémorragie cérébrale ou méningée ou encore d’AVC hémorragique.

Les données de plus de 400 000 personnes de 9 pays européens, issues de la cohorte EPIC, ont été utilisées pour examiner les associations entre les risques de survenue de chaque type d’AVC et les consommations alimentaires. Après une durée moyenne de suivi de 12,7 années, 4 281 cas d’AVC ischémiques et 1 430 cas d’AVC hémorragiques ont été enregistrés dans la population étudiée.

Les résultats mettent en évidence un risque diminué de survenue d’AVC ischémique en cas de consommation plus élevée de :

  • Fruits et légumes (une hausse de consommation de 200 g/j entre le quintile le plus bas et le plus élevé est associée à une diminution du risque de 13 %) ;
  • Lait (+ 200 g/j est associé à un risque diminué de 5 %) ;
  • Yaourt (+ 100 g/j est associé à un risque diminué de 9 %) ;
  • Fromage (+ 30 g/j est associé à un risque diminué de 12 %) ;
  • Fibres (+ 10 g/j est associé à un risque diminué de 23 %).

Une forte consommation de viande rouge est, en revanche, associée à une modeste augmentation de la survenue d’AVC ischémique.

Pour l’AVC hémorragique, seule la consommation d’œufs est associée à son risque de survenue : une consommation plus élevée de 20 g/j, entre les deux quintiles extrêmes, est liée à une augmentation du risque de 25 %.

Ces résultats mettent en évidence l’intérêt de considérer séparément les différents types d’AVC, ischémique et hémorragique, dans les études épidémiologiques qui examinent leurs facteurs de risque. Si les consommations de fruits et légumes, de produits laitiers et de fibres sont des facteurs protecteurs de la survenue d’AVC ischémique et celle de viande rouge un facteur de risque, seule une forte consommation d’œufs est associée la hausse du risque de survenue d’AVC hémorragique.

Vous pourriez être intéressé(e) par

facilisis porta. Nullam in Lorem libero. leo. risus lectus Praesent