Vous lisez : Consommer des légumes, des noix, des choux, des champignons et des racines retarderait le déclin des fonctions cognitives
Études Aliments

Consommer des légumes, des noix, des choux, des champignons et des racines retarderait le déclin des fonctions cognitives

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 15 septembre 2011 / Date de mise à jour : 08 août 2019

Consommer des légumes, des noix, des choux, des champignons et des racines retarderait le déclin des fonctions cognitives


Lecture
Zen

Cette étude prospective hollandaise montre un effet positif de la consommation de légumes, de noix et de choux sur les fonctions cognitives.

Astrid CL Nooyens, H Bas Bueno-de-Mesquita, Martin PJ van Boxtel et al. (2011) Fruit and vegetable intake and cognitive decline in middle-aged men and women: the Doetinchem cohort Study, British Journal of Nutrition ; 106:752-761.

Cette étude prospective hollandaise montre un effet positif de la consommation de légumes, de noix et de choux sur les fonctions cognitives. Elle inclut 2613 participants, hommes et femmes, âgés de 43 ans ou plus appartenant à la cohorte de l’étude de Doetinchem (7800 participants). A 5 ans d’intervalle, en 1995 puis en 2002, ils ont répondu à 4 tests neuro-psychologiques et rempli un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires comportant 178 items.

Les tests psychologiques mesuraient les capacités cognitives générales aussi bien que certaines fonctions spécifiques telles que la mémoire, la vitesse de traitement des informations ou la souplesse cognitive.

Parmi les fruits et légumes, le questionnaire alimentaire permettait de distinguer : noix (noix, noisette, amande, etc…), légumes feuilles (chicorée, endive, laitue, épinard, choux exclus), légumes fruits (concombre, tomate,…), légumes racines (carotte, betterave), choux, champignons, alium (aïl, oignon, poireau), légumineuses et jus de fruits ou de légumes.

Les données ont été traitées avec ajustement sur plusieurs variables (tabagisme, pression artérielle, activité physique, etc…).

Après 5 ans de suivi, le déclin cognitif paraît plus lent chez les plus gros consommateurs de légumes par rapport aux plus faibles consommateurs et, en particulier, chez les plus gros consommateurs de noix, de choux, de champignons et de racines. Il ressort également un effet négatif du groupe alium, sans que les auteurs n’émettent d’hypothèse pour l’expliquer. Les fruits et les jus de fruits ne montrent pas d’effet particulier.

Vous pourriez être intéressé(e) par

risus. Sed nec venenatis, quis ipsum Nullam efficitur. Lorem lectus diam