Vous lisez : Diversité de la qualité du petit-déjeuner parmi les adolescents européens
Études Populations

Diversité de la qualité du petit-déjeuner parmi les adolescents européens

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 05 novembre 2012 / Date de mise à jour : 02 août 2019

Diversité de la qualité du petit-déjeuner parmi les adolescents européens


Lecture
Zen

Les adolescents du nord de l’Europe font globalement des petits déjeuners de meilleure qualité que ceux des pays du sud. Avoir moins de quinze ans et appartenir à une famille « traditionnelle » d’un bon statut socio-économique jouent également en faveur de la qualité du petit déjeuner.

Hallstrom L, Vereeken C A, Labayen I et col. (2012) Breakfast habits among European adolescents and their association with sociodemographic factors : the HELENA (Healthy Lifestyle in Europe by Nutrition in Adolescence) study ; Public Health Nutrition, 15(10):1879-1889 doi:10.1017:S1368980012000341

Les adolescents du nord de l’Europe font globalement des petits déjeuners de meilleure qualité que ceux des pays du sud. Avoir moins de quinze ans et appartenir à une famille « traditionnelle » d’un bon statut socio-économique jouent également en faveur de la qualité du petit déjeuner.Cette étude se base sur les données de l’étude HELENA, étude multicentrique menée dans 9 pays européens dont la France. Les auteurs de l’article ont inclus dans leur travail 2672 adolescents (53% de filles) de 14,8 ans en moyenne.  Ils ont comparé la qualité du petit déjeuner des adolescents, en utilisant notamment un index de qualité fondé sur la présence, ou non, de 3 groupes d’aliments : produits céréaliers, lait ou produits laitiers et fruits et légumes (jus de fruits inclus).

La plupart des adolescents prenaient un petit déjeuner, mais de qualité très variable. Ainsi, 7% des adolescents sautaient réellement le petit déjeuner mais seulement 4% des consommateurs de petit déjeuner consommaient chacun des 3 groupes ciblés. Les moins de 15 ans étaient des consommateurs plus réguliers que les plus âgés et le niveau d’éducation de la mère influençait également positivement la prise d’un petit déjeuner.

Le petit déjeuner était en général de meilleure qualité chez les adolescents du nord et du centre de l’Europe que chez ceux du sud. De même, un bon statut socio-économique de la famille et une structure familiale « traditionnelle » (par opposition à monoparentale) influençaient favorablement la qualité du petit déjeuner de l’adolescent.

Pour ses auteurs, cette étude montre la nécessité de promouvoir la qualité du petit déjeuner auprès des adolescents, en particulier les plus âgés, dans les milieux modestes, et dans les pays du Sud de l’Europe (Grèce, Italie et Espagne). Plus que son intérêt nutritionnel, les aspects organoleptique et plaisir du petit déjeuner pourraient être une voie intéressante de promotion auprès de ce jeune public.

Vous pourriez être intéressé(e) par

pulvinar odio ut sem, suscipit adipiscing libero ipsum non Praesent Aenean