Vous lisez : Du magnésium en prévention de la mort subite par arrêt cardiaque
Études Nutriments

Du magnésium en prévention de la mort subite par arrêt cardiaque

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 29 mars 2011 / Date de mise à jour : 27 janvier 2017

Du magnésium en prévention de la mort subite par arrêt cardiaque


Lecture
Zen

Chez la femme, les risques de mort subite par arrêt cardiaque sont moins importants si la consommation de magnésium et le taux de magnésium plasmatique sont élevés.

Chiuve SE, Korngold EC, Januzzi JL, et col. (2011) Plasma and dietary magnesium and risk of sudden cardiac death in women, The American Journal of Clinical Nutrition,  93:253-60

Chez la femme, les risques de mort subite par arrêt cardiaque sont moins importants si la consommation de magnésium et le taux de magnésium plasmatique sont élevés.La mort subite d’origine cardiaque représente plus de 50% des causes de mort dues à l’ensemble des maladies cardiovasculaires. Ce qui représente environ 184 000 à 462 000 morts par an, majoritairement des femmes à 68% sans pathologie cardiaque connue auparavant.
Le magnésium est un cation intracellulaire qui joue un rôle important dans l’électro physiologie cardiaque. Il a des propriétés anti arythmiques. Le défaut de magnésium pourrait être pro arythmique.

Une étude prospective sur 26 ans a été réalisée sur 88 375 infirmières âgées de 30 à 55 ans en bonne santé au début de l’étude. Dans cette cohorte, 505 cas de mort par arrêt cardiaque ont été répertoriés.
Un questionnaire de santé répertoriait 2 fois par an les données anthropométriques, les habitudes de vie (sport, consommation d’alcool et de tabac) et les pathologies intercurrentes. Le niveau de magnésium ingéré était mesuré grâce à un questionnaire qui tenait compte des compléments alimentaires.
En plus du magnésium, les éléments nutritionnels susceptibles de modifier son métabolisme ou d’intervenir sur les risques de maladies cardiovasculaires étaient comptabilisés. Des prélèvements sanguins étaient effectués chez 32826 femmes. Outre la magnésémie, ils mesuraient simultanément le cholestérol  HDL et LDL, les triglycérides et les protéines de l’inflammation. La consommation de magnésium était corrélée à la magnésémie.

Après ajustement des variables, les femmes qui consomment le plus de magnésium sont les moins à risque de mort subite par arrêt cardiaque. Inversement, celles qui en consomment le moins sont les plus à risque.
La limite principale de cette étude est de n’avoir inclus que des infirmières, femmes blanches en bonne santé.

Vous pourriez être intéressé(e) par

in ut leo efficitur. porta. ut