Vous lisez : Gluten et diabète de type 2, quel risque ?
Études Pathologies

Gluten et diabète de type 2, quel risque ?

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 25 février 2019

Gluten et diabète de type 2, quel risque ?


Lecture
Zen

ZONG, G. LEBWOHL, B. HU, FB. « et col. » Gluten intake and risk of type 2 diabetes in three large prospective cohort studies of US men and women. Diabetologia, 2018, 61, 10, p. 2164-2173 (doi: 10.1007/s00125-018-4697-9).

Le risque de survenue du diabète de type 2 est plus bas chez les adultes ayant une consommation de gluten plus élevée.

Une étude américaine a examiné les liens entre la consommation de gluten et le risque à long terme de diabète de type 2. La consommation de gluten, ainsi que la survenue du diabète de type 2 ont été enregistrées pendant des périodes allant de 20 à 28 ans, chez plus de 200 000 adultes issus de trois cohortes distinctes.

Pour la plupart des personnes incluses, les résultats montrent des consommations de gluten comprises entre 2 et 12 g par jour et relativement stables durant la période de suivi. Cette consommation de gluten est fortement corrélée à celles de céréales raffinées, de féculents et de fibres de céréales.

Pendant l’ensemble des 4,24 millions de personnes-années de suivi, le diagnostic du diabète de type 2 a été posé chez près de 16 000 participants. Comparativement aux personnes ayant la consommation de gluten la plus basse (1er quintile), celles se situant dans les autres quintiles présentent un risque diminué de survenue du diabète de type 2, indépendamment des autres facteurs confondants : baisse du risque de 9 % dans le 2e quintile, de 12 % dans le 3e, de 17 % dans le 4e et de 13 % dans le 5e quintile correspondant à la consommation de gluten la plus élevée. L’analyse dose-effet met en évidence une relation linéaire entre l’ingestion de gluten jusqu’à 12 g/jour et la diminution du risque de diabète de type 2.

Au regard de ces résultats, les auteurs concluent que la consommation de gluten ne semble pas contribuer à l’augmentation du risque de diabète de type 2. Par ailleurs, chez les personnes non atteintes de la maladie cœliaque ou non sensibles au gluten, limiter la consommation de gluten ne semble pas être une stratégie adéquate pour prévenir l’apparition du diabète de type 2.

Vous pourriez être intéressé(e) par

felis facilisis id, mattis sed justo vel, eget accumsan velit, ipsum quis,