Vous lisez : Impact du jeûne du Ramadan sur le poids de naissance des enfants de femmes musulmanes aux Pays Bas
Études Populations

Impact du jeûne du Ramadan sur le poids de naissance des enfants de femmes musulmanes aux Pays Bas

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 15 décembre 2014 / Date de mise à jour : 16 mai 2017

Impact du jeûne du Ramadan sur le poids de naissance des enfants de femmes musulmanes aux Pays Bas


Lecture
Zen

Jeûner pendant le premier trimestre de grossesse affecterait le poids de naissance du bébé. Plus d’études sur l’impact du Ramadan sur la grossesse seraient nécessaires afin de pouvoir mieux conseiller et éclairer les jeunes femmes qui pratiquent le jeûne.

Savitri A.I., Yadegari N., Bakker J. et col (2014) Ramadan fasting and newborn’s birth weight in pregnant Muslim women in The Netherlands, British Journal of Nutrition; 112, 1503-1509

Jeûner pendant le premier trimestre de grossesse affecterait le poids de naissance du bébé. Plus d’études sur l’impact du Ramadan sur la grossesse seraient nécessaires afin de pouvoir mieux conseiller et éclairer les jeunes femmes qui pratiquent le jeûne. Un mois par an, pendant la période de Ramadan, les musulmans pratiquants s’abstiennent de boire et de manger durant le jour. Le jeûne est rompu au coucher du soleil. L’activité est habituellement réduite dans la journée alors qu’elle augmente le soir et la nuit. Les femmes enceintes et allaitantes sont le plus souvent dispensées de cette obligation religieuse pour préserver leur santé et celle de leur enfant, cependant certaines femmes tiennent à respecter ce jeûne.

Cette étude prospective a été réalisée aux Pays-Bas auprès de 130 femmes enceintes musulmanes en 2010 au moment du Ramadan ce qui représentait 13 à 15 heures de jeûne par jour. Ces femmes étaient de différentes origines étaient classées en 3 groupes : turques, marocaines et autres.

Plus de la moitié (53.8%) des femmes jeûnaient pendant cette période parmi lesquelles 16.2% ont jeuné 15 jours ou plus et 37.7% moins de 15 jours.

Après ajustement des facteurs confondants, dans l’ensemble les nouveau-nés des femmes qui jeûnaient étaient de poids légèrement inférieur mais les résultats n’étaient statistiquement pas significatifs (p=0.12). En revanche, si le jeûne était pratiqué pendant le premier trimestre de grossesse, les nouveau-nés pesaient en moyenne 272g de moins  que ceux des mères n’ayant pas suivi le jeûne (résultat significatif : p=0.05).

On notera que cette différence de poids peut être due à la modification des habitudes alimentaires mais aussi à celle du temps de sommeil et du rythme des activités. L’impact sur la mortalité et la morbidité périnatale n’a pas été évalué.

Les auteurs préconisent des études à plus grande échelle pour confirmer ces résultats. Dans l’attente d’une connaissance plus approfondie du sujet, il paraît plus prudent de recommander aux jeunes femmes enceintes ou désireuses de grossesse de ne pas pratiquer le jeûne (surtout en début de grossesse), tout en respectant leur choix quel qu’il soit.

Vous pourriez être intéressé(e) par

dapibus Curabitur commodo sed mattis vel, amet,