Vous lisez : La consommation de lait diminue l’obésité abdominale chez les adolescents
Études Aliments

La consommation de lait diminue l’obésité abdominale chez les adolescents

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 30 janvier 2013 / Date de mise à jour : 08 août 2019

La consommation de lait diminue l’obésité abdominale chez les adolescents


Lecture
Zen

Cette étude portugaise montre que la consommation de lait diminue le risque d’obésité abdominale chez l’adolescent. Cet effet est indépendant et cumulatif avec celui de l’activité physique.

Abreu S, Santos R, Moreira C et col. (2013) Relationship of milk intake and physical activity to abdominal obesity among adolescents, Pediatric Obesity doi: 10.1111/j.2047-6310.2012.00130.x.

Cette étude portugaise montre que la consommation de lait diminue le risque d’obésité abdominale chez l’adolescent. Cet effet est indépendant et cumulatif avec celui de l’activité physique. Cette étude transversale a porté sur 1209 adolescents portugais (15-18 ans) de l’archipel des Açores.  Ils  ont été divisés en quatre groupes selon, d’une part, leur consommation de lait (« petits » consommateurs contre « gros » consommateurs) et, d’autre part, leur niveau d’activité physique (faible ou élevé). L’obésité abdominale a été définie comme une circonférence abdominale supérieure au 90ème percentile de la courbe de référence.

Le groupe des adolescents « gros » consommateurs de lait et très actifs physiquement avait le plus faible taux d’obésité abdominale.

Après ajustement sur plusieurs paramètres confondants, les deux groupes « gros » consommateurs de lait, actifs ou pas, avaient un risque d’obésité abdominale diminué de moitié par rapport au groupe peu actif et « faible » consommateur de lait.  

Groupe Lait+ et Activité+ Lait+ et Activité- Lait- et Activité-
Risque relatif 0,045 0,412 1

Lait+ = « gros consommateurs de lait », Lait- = « petits consommateurs de lait », Activité+ = « activité physique élevée », Activité- « activité physique faible »
Cette étude a été visiblement menée dans un contexte de forte obésité adolescente. Elle montre qu’indépendamment de l’activité physique, dont l’effet protecteur semble se confirmer, la consommation de lait est associée à un risque réduit d’obésité abdominale chez l’adolescent. Effet des protéines sur le muscle ou la satiété, effet du calcium sur le métabolisme des adipocytes ou sur l’excrétion lipidiques dans les selles, … plusieurs mécanismes hypothétiques coexistent peut-être et devront être confirmés.

Vous pourriez être intéressé(e) par

libero. fringilla mi, mattis dictum risus. libero dapibus consectetur Praesent commodo