Vous lisez : La prise d’un petit déjeuner favorise une meilleure qualité de l’alimentation chez l’enfant
Études Populations

La prise d’un petit déjeuner favorise une meilleure qualité de l’alimentation chez l’enfant

Temps de lecture : 1 minute

La prise d’un petit déjeuner favorise une meilleure qualité de l’alimentation chez l’enfant


Lecture
Zen

RAMSAY, SA. BLOCH, TD. MARRIAGE, B. « et col. » Skipping breakfast is associated with lower diet quality in young US children. European Journal of Clinical Nutrition, 2018, 72, p. 548-556 (doi: 10.1038/s41430-018-0084-3).

L’absence d’un petit déjeuner chez l’enfant est associée à une baisse des apports en énergie, fibres, folates, fer et calcium et à une moindre qualité globale de l’alimentation.

Les données de 8590 enfants âgés de 2 à 12 ans, issues de l’enquête nationale d’examen de santé et de nutrition (NHANES 2005-2012) aux Etats-Unis, ont été utilisées pour déterminer les différences de consommations alimentaires entre les enfants prenant un petit déjeuner et ceux n’en prenant pas. Les consommations par groupe d’aliments, les apports nutritionnels et la qualité de l’alimentation globale et par groupe d’aliments ont été évalués chez les enfants ayant consommé un petit déjeuner ou l’ayant sauté le jour de l’évaluation.

À LIRE ÉGALEMENT

Les résultats de l’étude montrent tout d’abord que 4 % des enfants de moins de 6 ans et 12 % de ceux âgés de 6 à 12 ans ne prennent pas de petit déjeuner. Par ailleurs, les enfants ayant sauté leur petit déjeuner le jour de l’enquête ont plus fréquemment sauté d’autres repas et ont consommé en moyenne moins d’énergie au cours de la journée.

La part d’énergie dans la ration apportée par les snacks salés et sucrés ainsi que les boissons est plus importante chez les non-consommateurs de petit déjeuner, alors que la part apportée par le lait et les produits laitiers est plus élevée chez les enfants prenant un petit déjeuner (cf. figure 1).

Les apports en fibres, folates, fer et calcium sont diminués chez les non-consommateurs de petit déjeuner. L’ingestion de sucres ajoutés est, quant à elle, augmentée chez les plus jeunes (2-5 ans) sautant leur petit déjeuner. L’indice mesurant la qualité globale de l’alimentation est plus favorable chez les consommateurs de petit déjeuner, tout comme les indices de qualité concernant les consommations de fruits, produits laitiers, céréales complètes et « calories vides ».

En conclusion, cette étude met en évidence une baisse de la qualité globale de l’alimentation chez les enfants ne prenant pas de petit déjeuner et confirme l’importance pour les professionnels de santé de promouvoir la prise d’un petit déjeuner pour un meilleur équilibre nutritionnel pendant l’enfance.

 

 

elementum suscipit odio risus libero. mattis ut