Vous lisez : La relaxation et la gestion du stress optimisent la perte de poids des sujets obèses qui suivent un régime
Études Pathologies

La relaxation et la gestion du stress optimisent la perte de poids des sujets obèses qui suivent un régime

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 18 juillet 2013 / Date de mise à jour : 02 août 2019

La relaxation et la gestion du stress optimisent la perte de poids des sujets obèses qui suivent un régime


Lecture
Zen

Cette étude pilote menée sur des femmes obèses montre qu’une initiation à la relaxation augmente la perte de poids des personnes qui suivent un régime appauvri en calories en les aidant à modérer leur consommation.

E. Christaki, A. Kokkinos, V. Costarelli et col. (2013) Stress management can facilitate weight loss in Greek overweight and obese women : a pilot study. Journal of Human Nutrition and Dietetics. Doi :10.1111/jhn.12086

Cette étude pilote menée sur des femmes obèses montre qu’une initiation à la relaxation augmente la perte de poids des personnes qui suivent un régime appauvri en calories en les aidant à modérer leur consommation.Recrutées dans un hôpital public d’Athènes et âgées en moyenne de 47 ans, les 34 femmes incluses dans l’étude présentaient un IMC moyen de 38,17 kg.m-2. Elles ont été réparties entre un groupe test initié à la relaxation (n=18) et un groupe contrôle non initié (n=16).

Chacune des femmes a d’abord suivi une consultation individuelle au cours de laquelle lui a été prescrit un régime alimentaire réduit en énergie à visée amaigrissante. Les 18 femmes du groupe test ont également été initiées, par un nutritionniste entraîné, à des techniques de relaxation (relaxation musculaire progressive et respiration diaphragmatique) et elles ont reçu un CD de relaxation avec consigne de réaliser deux séances par jour pendant huit semaines.

Toutes les femmes ont été revues à mi-parcours puis au terme des huit semaines. La perte de poids moyenne a été supérieure dans le groupe initié à la relaxation par rapport au groupe contrôle (-4,44 kg contre -1,38 kg, p=0,012). La même observation est faite pour l’IMC perdu en moyenne (-1,63 kg.m-2  contre -0,53 kg.m-2 ; p=0,012).
Ces résultats pourraient s’expliquer par une meilleure capacité à contrôler sa consommation alimentaire, mesurée par le test DEBQ (Dutch Eating Behaviour Questionnaire).

Ainsi, en améliorant la gestion du stress d’individus obèses ou en surpoids, la pratique de la relaxation pourrait améliorer l’efficacité d’un régime de perte de poids. Les auteurs souhaitent des études complémentaires pour confirmer et préciser cette relation.

Vous pourriez être intéressé(e) par

vulputate, libero sed leo mi, fringilla ut elementum felis porta. ipsum risus