Vous lisez : L’allaitement maternel et la diversification alimentaire pour diminuer le risque d’asthme ou d’allergie
Études Populations

L’allaitement maternel et la diversification alimentaire pour diminuer le risque d’asthme ou d’allergie

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 19 février 2013 / Date de mise à jour : 03 février 2017

L’allaitement maternel et la diversification alimentaire pour diminuer le risque d’asthme ou d’allergie


Lecture
Zen

La durée totale de l’allaitement maternel (mais pas son exclusivité) et l’introduction précoce des céréales, du poisson et des œufs semble diminuer le risque d’asthme et d’allergie.

Nwaru B, Takkinen H-M, Niemelä O et col. (2012) Timing of infant feeding in relation to childhood asthma and allergic diseases, American Academy of Allergy, Asthma and Immunology http://dx.doi.org/10.1016/j.jaci2012.10.028

La durée totale de l’allaitement maternel (mais pas son exclusivité) et l’introduction précoce des céréales, du poisson et des œufs semble diminuer le risque d’asthme et d’allergie.3781 enfants finlandais ont été inclus dans cette étude. Issus de la cohorte d’une étude sur le risque de diabète tous avaient la particularité de présenter un système HLA conférant une prédisposition au diabète de type 1.
Un questionnaire alimentaire rempli à 3, 6 et 12 mois précisait l’âge d’introduction des aliments et le type d’allaitement : lait maternel, lait infantile ou lait de vache. A l’âge de 5 ans, les IgE étaient mesurés et un questionnaire validé a relevé l’historique des symptômes asthmatiques ou allergiques.
Les enfants qui ont eu un eczéma atopique avant l’âge de 6 mois avaient tendance à avoir consommé des céréales, de la viande, du poisson et des œufs plus tard que les autres.
Les résultats montrent également qu’un allaitement maternel prolongé, mixte ou exclusif, diminuerait le risque d’apparition de l’asthme dans l’enfance. L’introduction dans l’alimentation du blé, de l’orge, de l’avoine et du seigle au plus tard à 5 mois et demi, du poisson pas plus tard que 9 mois et de l’œuf pas plus tard que 11 mois semble diminuer le risque d’asthme, de rhinite allergique et de sensibilité atopique dans l’enfance.
Les résultats de cette étude sont cohérents avec les recommandations de l’ESPGHAN (European Society Paediatric Gastroenterology and Nutrition) pour laquelle l’introduction du gluten (blé, seigle, orge, avoine) doit avoir lieu entre 4 et 6 mois, et celles du  comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie qui recommande l’introduction de l’œuf et du poisson au cours du 2ème semestre dans le cadre de la prévention des allergies.

Vous pourriez être intéressé(e) par

libero mattis tempus porta. tristique felis luctus elit. fringilla