Vous lisez : Le jeûne pendant le ramadan est-il compatible avec la performance sportive ?
Études Populations

Le jeûne pendant le ramadan est-il compatible avec la performance sportive ?

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 19 mai 2020

Le jeûne pendant le ramadan est-il compatible avec la performance sportive ?


Lecture
Zen

ABAÏDIA, AE. DAAB, W. BOUZID, MA. « et col. » Effects of Ramadan fasting on physical performance: a systematic review with metaanalysis. Sports Medicine, 2020, 50, p. 1009-1026 (doi: 10.1007/s40279-020-01257-0.

La plupart des performances physiques chez le sportif ne sont pas affectées par la pratique du jeûne pendant le ramadan. Seuls quelques indicateurs de performance anaérobie sont modérément diminués.

La pratique du jeûne entre le lever et le coucher du soleil, pendant le mois du ramadan, peut s’accompagner d’une diminution de la consommation d’énergie et de la masse corporelle, ainsi que d’une dégradation du statut hydrique. Une revue systématique de littérature et une méta-analyse examinent les effets du jeûne pendant le ramadan sur les performances physiques des sportifs de plus de 18 ans. Onze études ont été incluses dans la revue de littérature. Huit marqueurs de performance physique ont été considérés dans la méta-analyse : la puissance maximale, la puissance moyenne et la capacité anaérobie, mesurées sur vélo ergomètre au cours du test anaérobie de Wingate ou du test RSA (Capacité de Réitération de Sprint), l’indice de fatigue, le niveau de force, le saut vertical, la performance aérobie et la vitesse au sprint.

Les résultats mettent tout d’abord en évidence que le jeûne pendant le ramadan n’a pas d’impact sur la plupart des indicateurs de performance considérés. Ainsi, la capacité anaérobie, l’indice de fatigue, le niveau de force, le saut vertical et la performance aérobie, mesurés le matin ou l’après-midi, ne sont pas affectés par la pratique du jeûne.

 

Trois indicateurs de performance sont par contre diminués par la pratique du jeûne :

  • La puissance maximale mesurée l’après-midi pendant la première semaine du ramadan est abaissée en moyenne de 16,8 % comparativement au niveau basal.
  • La puissance moyenne mesurée l’après-midi est elle aussi détériorée : la baisse entre la fin du ramadan et le niveau basal atteint en moyenne 5,1 %.
  • Enfin, la vitesse au sprint mesurée le matin est diminuée de 3,9 % pendant la 2e semaine et de 3,2 % à la fin du ramadan, par rapport aux tests réalisés avant le début du jeûne.

 

En conclusion, cette méta-analyse montre que les performances aérobies des sportifs ne sont pas diminuées par la pratique du jeûne pendant le ramadan. Si trois indicateurs de performance anaérobie sont détériorés par le jeûne (puissance maximale, puissance moyenne et vitesse au sprint), les auteurs considèrent pour autant inutile de rompre le jeûne les jours de compétition pour améliorer les performances et conseillent plutôt de prioriser une bonne qualité de sommeil ainsi qu’une optimisation nutritionnelle à l’occasion des deux repas pris juste après le coucher et juste avant le lever du soleil.

Vous pourriez être intéressé(e) par

libero. sem, Nullam consectetur tristique dapibus Aenean diam ut