Vous lisez : Les effets bénéfiques des acides gras trans naturels
Études Nutriments

Les effets bénéfiques des acides gras trans naturels

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 03 février 2020

Les effets bénéfiques des acides gras trans naturels


Lecture
Zen

GUILLOCHEAU, E. LEGRAND, P. & RIOUX, V. Benefits of natural dietary trans fatty acids towards inflammation, obesity and type 2 diabetes: defining the n-7 trans fatty acid family. OCL – Oilseeds and fats, Crops and Lipids, 2019, 26, 46, doi: 10.1051/ocl/2019047.

Les acides gras trans présents naturellement dans les produits laitiers et la viande de ruminants sont neutres d’un point de vue cardiovasculaire et présentent des effets bénéfiques sur la santé humaine, en particulier vis-à-vis du diabète de type 2 et de l’inflammation.

Les acides gras trans naturels sont des acides gras que l’on trouve naturellement dans les produits laitiers (lait, yaourt, fromage) et dans la viande de ruminants. Contrairement aux acides gras trans issus des procédés industriels, il est désormais prouvé que ces acides gras naturels ne sont pas associés à une augmentation du risque cardiovasculaire. Des études montrent même des effets bénéfiques des acides gras trans naturels sur la santé humaine. Une équipe de chercheurs français fait le point sur l’état des connaissances concernant les liens entre trois de ces acides gras trans naturels et la santé.

L’acide trans-palmitoléique (TPA) (C16:1 n-7 trans) représente environ 0,05 % du total des acides gras du lait de vache. Plusieurs études épidémiologiques prospectives et deux méta-analyses mettent en évidence une association entre des concentrations élevées de TPA circulant et une diminution du risque de diabète de type 2. Des études utilisant des modèles cellulaires laissent penser que cet effet pourrait passer par une augmentation de la sensibilité à l’insuline et une amélioration de la fonction des cellules bêta pancréatiques. Cependant, il n’existe aucune étude de supplémentation en TPA, ce qui ne permet pas, pour l’instant, de confirmer cette hypothèse.

L’acide trans-vaccénique (TVA) (C18:1 n-7 trans) représente entre 1,5 et 4 % du total des acides gras des produits laitiers et entre 1 et 3 % des acides gras dans la viande de ruminants. Il n’existe qu’une seule étude épidémiologique, très récente, étudiant ses effets sur la santé humaine ; elle met en évidence une association entre l’augmentation de la concentration circulante de TVA et la diminution de l’adiposité, du risque de diabète et de l’inflammation systémique. Les études de supplémentation chez le rat diabétique confirment l’intérêt du TVA contre la résistance à l’insuline, la dyslipidémie et l’inflammation systémique.

L’acide ruménique (RMA) (C18:2 cis-9, trans-11) fait partie de la famille des diène-conjugués de l’acide linoléique (ou CLA : Conjugated Linoleic Acid). Des études canadiennes rapportent qu’il représenterait environ 0,5 % des acides gras totaux des produits laitiers. S’il n’existe aucune étude épidémiologique examinant les effets physiologiques du RMA, plusieurs études nutritionnelles de supplémentation en RMA chez le rongeur montrent des effets bénéfiques contre l’inflammation systémique, la dyslipidémie et la stéatose hépatique non alcoolique.

En conclusion, étant donnés leurs effets physiologiques et les liens métaboliques existant entre ces trois acides gras, les auteurs font l’hypothèse que leurs mécanismes d’action pourraient être expliqués par leur double liaison et proposent donc de regrouper TPA, TVA et RMA au sein de la famille.

Vous pourriez être intéressé(e) par

Donec ut elit. lectus mattis Aliquam