Vous lisez : Les produits laitiers limiteraient le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)
Études Pathologies

Les produits laitiers limiteraient le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 31 mars 2014 / Date de mise à jour : 08 août 2019

Les produits laitiers limiteraient le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)


Lecture
Zen

Les faibles consommateurs de produits laitiers auraient un risque plus élevé de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Gopinath B, Flood V, Louie J et col. (2013) Consumption of dairy products and the 15-year incidence of age-related macular degeneration, British journal of Nutrition ; doi: 10.1017//S000711451300408X

Les faibles consommateurs de produits laitiers auraient un risque plus élevé de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).Cette étude australienne a porté sur 2037 participants âgés de 49 ans qui ont été suivis pendant 15 ans et ont bénéficié d’un examen ophtalmologique tous les 5 ans pour vérifier les signes et l’évolution d’une éventuelle DMLA.
Un questionnaire de fréquence de consommation alimentaire tenant compte de la taille des portions était rempli par les participants. L’ensemble des produits laitiers étaient distingués selon le type de produit (lait, fromage, yaourts et crèmes dessert) et leur teneur en matière grasse.
Plusieurs cofacteurs ont été pris en compte : la consommation de poisson, le tabagisme et le nombre de leucocytes. La présence d’allèles associés au risque de DMLA a aussi été recherchée chez chaque participant.
Sur les 15 années de suivi, 268 cas de DMLA au stade précoce ont été répertoriés ainsi que 84 cas d’atteinte évoluée. Après ajustement pour les différents cofacteurs et l’âge, les plus faibles consommateurs de produits laitiers avaient environ 3 fois plus de risque d’être atteints d’une DMLA de forme évoluée (p=0.003). Le même résultat est retrouvé que l’on considère uniquement la consommation de laitages à teneur réduite en matière grasse (p= 0.04) ou uniquement celle de laitages non écrémés (p=0,03).  Enfin, la même relation est aussi retrouvée avec la consommation de calcium (p=0.03).
Un effet protecteur des produits laitiers a été mis en évidence vis-à-vis du syndrome métabolique, de l’hypertension artérielle et des maladies cardiovasculaires. Ce bénéfice pourrait être lié à un effet anti-inflammatoire, également démontré dans d’autres études. C’est cette action qui pourrait également protéger de la DMLA, dont la composante inflammatoire est connue.
Il s’agit ici d’une étude d’observation qui ne permet pas d’établir une relation de cause à effet. Cependant les résultats montrent la nécessité d’encourager une consommation adéquate de produits laitiers tout au long de la vie.

Vous pourriez être intéressé(e) par

ut vulputate, quis, consectetur fringilla tristique et, pulvinar ipsum ut Praesent Aliquam