Vous lisez : Les sportifs peuvent boire du lait tranquilles
Études Populations

Les sportifs peuvent boire du lait tranquilles

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 27 octobre 2014 / Date de mise à jour : 02 août 2019

Les sportifs peuvent boire du lait tranquilles


Lecture
Zen

Contrairement à certaines pratiques, supprimer le lait et les produits laitiers avant une compétition n’apporte aucun avantage ni en terme de confort digestif ni en terme de performance. Les repas précédant une compétition peuvent être composés de tous les groupes d’aliments, moyennant les recommandations classiques d’enrichissement en glucides et allégement en fibres et lipides.

Haakonssen E.C. et al. (2014) Dairy based pre-exercise meal does not affect gut comfort or time-trial preformance in femal cyclists, International Journal of Sport Nutrition and Exercise ; DOI :http://dx.doi.org/10.1123/ijsnem.2014-0069

Contrairement à certaines pratiques, supprimer le lait et les produits laitiers avant une compétition n’apporte aucun avantage ni en terme de confort digestif ni en terme de performance. Les repas précédant une compétition peuvent être composés de tous les groupes d’aliments, moyennant les recommandations classiques d’enrichissement en glucides et allégement en fibres et lipides.Certains sportifs proposent de limiter la consommation de lait ou de produits laitiers le jour ou les veilles de compétition afin d’éviter les troubles digestifs qu’ils causeraient selon eux. Ce type de conseil se rencontre en particulier dans les sports d’endurance (trail, cyclisme, triathlon,…).

Cet essai contrôlé, randomisé en cross-over, avait pour objectif de vérifier si la consommation de lait et de produits laitiers avant l’effort provoquait ou non un inconfort digestif chez les athlètes.
Vingt-cinq cyclistes femmes bien entraînées et régulièrement engagées dans des compétitions ont été incluses dans l’étude. Les 24h précédant le test, l’alimentation de l’ensemble des participantes a été standardisée, les repas leur étant fournis.

Deux heures avant le test, la moitié des sujets a consommé un petit-déjeuner à base de flocons d’avoine, de lait et de yaourt, tandis que l’autre moitié a consommé des flocons d’avoine préparés avec de l’eau, des noix et du jus de fruit. Le test consistait en un effort de 80min de pédalage sur ergocycle à 60% de la puissance aérobie maximale suivies de 10min à la puissance maximale que les participantes pouvaient maintenir. Durant l’effort, l’eau était autorisée ad libitum et des glucides (gel de l’effort) leur étaient donnés à 30 et 65 minutes. Le même protocole était répété 48h après en inversant les petits déjeuners.

Les participantes ont répondu à un questionnaire d’évaluation de leur confort intestinal (avant le petit-déjeuner, 30 et 60min après le petit-déjeuner, juste avant l’effort et immédiatement après). Un autre questionnaire évaluait l’aspect et la palatabilité du petit-déjeuner.

En termes de confort digestif, aucune différence entre les deux petits déjeuners n’a été observée, quel que soit le moment de l’évaluation. La puissance moyenne sur les 10min d’effort maximal fut de 2% plus élevée lors du petit-déjeuner « lait ». Ce n’est pas significatif mais cela montre que le lait ou le yaourt n’altèrent en rien la performance.

Cet essai démontre qu’il n’y a aucune raison objective pour ne pas consommer de produits laitiers avant l’effort. Pour les auteurs, c’est au contraire une bonne occasion de consommer du calcium et des protéines de haute valeur biologique, des nutriments essentiels pour le sportif. D’autant plus que le petit-déjeuner « lait/ yaourt » a été jugé légèrement plus palatable que l’autre.

Vous pourriez être intéressé(e) par

ante. libero. efficitur. venenatis, ipsum Sed fringilla sit venenatis