Vous lisez : Lien entre IMC et mortalité : le cas particulier des séniors
Études Populations

Lien entre IMC et mortalité : le cas particulier des séniors

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 05 octobre 2020

Lien entre IMC et mortalité : le cas particulier des séniors


Lecture
Zen

JAVED,AA. ALJIED, R. ALLISON, DJ. « et col. » Body mass index and all-cause mortality in older adults: A scoping review of observational studies. Obesity Reviews, 2020, 21, e13035, doi: 10.1111/obr.13035.

Les seuils d’Indice de Masse Corporelle (IMC) correspondant au surpoids (25 kg/m²) et à l’obésité (30 kg/m²) chez l’adulte ont été établis par l’OMS en 1993 sur la base des associations entre les valeurs d’IMC et la mortalité. Ces seuils ont été définis à partir de données d’adultes âgés de 18 ans et plus. Une revue de littérature examine les associations entre la mortalité (toutes causes confondues) et l’IMC, dans la population spécifique des séniors âgés de plus de 65 ans. Parmi les 71 études incluses, 60 ont considéré les classes d’IMC, 8 ont utilisé l’IMC comme une variable continue et 7 se sont basées sur les variations numériques d’IMC ou le passage d’une classe d’IMC à une autre.

Parmi les 60 études considérant l’IMC par classe, 78,3 % suggèrent que le fait d’être en surpoids est associé à une mortalité diminuée par rapport aux personnes présentant un IMC normal. Cette association est statistiquement significative dans 43,3 % des études et apparaît simplement comme une tendance dans les 35 % restants. De la même façon, 18,3 % de ces études mettent en évidence une association significative entre le fait d’être en situation d’obésité (IMC ≥ 30 kg/m²) et une mortalité réduite ; 30 % supplémentaires présentent des résultats qui vont également dans ce sens, mais non statistiquement significatifs.

Parmi les 8 études considérant l’IMC comme une variable continue, 4 (50 %) rapportent une association significative entre l’augmentation de l’IMC d’une unité et la baisse de la mortalité et 2 autres (25 %) vont dans le même sens, sans atteindre la significativité statistique.

Enfin, les résultats des 7 études examinant les variations d’IMC suggèrent qu’une augmentation de l’IMC serait plus protectrice qu’une baisse, vis-à-vis du risque de mortalité.

Cette revue de littérature montre que, dans la population des séniors âgés de plus de 65 ans, le fait de présenter un surpoids (tel que défini par les seuils OMS de l’IMC) et même parfois une obésité peut être associé à une diminution du risque de mortalité, toutes causes confondues. Les auteurs mettent en avant le besoin potentiel de définir des seuils spécifiques d’IMC pour cette population.

Vous pourriez être intéressé(e) par

id eget consectetur venenatis, sem, dolor risus. Aenean vulputate, sit ipsum