Vous lisez : Maladies cardio-vasculaires : remplacer les acides gras saturés par des oméga 6 n’apporte pas de bénéfice
Études Nutriments

Maladies cardio-vasculaires : remplacer les acides gras saturés par des oméga 6 n’apporte pas de bénéfice

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 07 mars 2013 / Date de mise à jour : 03 février 2017

Maladies cardio-vasculaires : remplacer les acides gras saturés par des oméga 6 n’apporte pas de bénéfice


Lecture
Zen

Remplacer les acides gras saturés par des oméga 6 n'apporte aucun bénéfice en terme de prévention cardio-vasculaire.

C E Ramsden et col. (2013) Use of dietary linoleic acid for secondary prevention of
coronary heart disease and death: evaluation of recovered data
from the Sydney Diet Heart Study and updated meta-analysis
, British Medical Journal; 346:e8707

Remplacer les acides gras saturés par des oméga 6 n’apporte aucun bénéfice en terme de prévention cardio-vasculaire.La substitution des  acides gras saturés par des acides gras polyinsaturés a constitué un pilier des recommandations diététiques durant les 50 dernières années et s’est très longtemps traduite par la promotion des huiles et margarines riches en acides gras oméga 6,  type tournesol,  maïs ou, moins répandues chez nous, carthame (75% d’oméga 6).

Inutile cependant de surconsommer des oméga 6. C’est ce que montre une étude récente publiée dans le prestigieux British Medical Journal.

Les auteurs ont réévalué avec des méthodes statistiques modernes les résultats (incomplètement publiés à l’époque) de la Sydney Diet Heart Study, un essai d’intervention portant sur 459 hommes de 30 à 59 ans, ayant tous eu un accident coronarien récent. La moitié des sujets a été soumis à un régime pauvre en graisses saturés  et très riche en oméga 6 sous forme de margarine et d’huile de carthame pendant 3 ans, l’autre moitié ne recevant pas d’instruction diététique particulière. A chaque visite un bilan lipidique était réalisé et un relevé alimentaire (sur 7 jours) rempli.

Le taux de cholestérol a diminué dans le groupe oméga 6 (−13.3% vs −5.5%) mais la mortalité cardiovasculaire et coronarienne y était significativement plus élevée (respectivement 17.2% vs 11.0% et 16.3% vs 10.1%) de même que la mortalité toutes causes confondues (17,6% vs 11,8%).
Une méta-analyse de l’ensemble des essais d’intervention disponibles, y compris celui-ci montre que la substitution des saturés par des oméga 6 n’apporte pas de bénéfice cardiovasculaire. Une explication  serait qu’un régime riche en acide linoléique, sensible à l’oxydation, favorise la formation de LDL oxydées particulièrement délétères pour la paroi artérielle.

Ces résultats ne sont pas une surprise. On sait aujourd’hui que les polyinsaturés ne se résument pas aux oméga 6 ; les oméga 3 sont essentiels et il faut respecter un équilibre entre les deux familles.

Tout excès, dans un sens ou l’autre,  est préjudiciable. La variété des acides gras, et donc des sources alimentaires de lipides animales et végétales,  est le meilleur garant de la santé.

Vous pourriez être intéressé(e) par

id sem, vel, adipiscing Donec leo. dictum pulvinar