Vous lisez : Politiques nutritionnelles en restauration scolaire et obésité infantile
Études Pathologies

Politiques nutritionnelles en restauration scolaire et obésité infantile

Temps de lecture : 2 minutes

Date de publication : 28 septembre 2020

Politiques nutritionnelles en restauration scolaire et obésité infantile


Lecture
Zen

KENNEY, EL. BARRETT, JL. BLEICH, SN. « et col. » Impact of the Healthy, Hunger-Free Kids Act on obesity trends. Health Affairs, 2020, 7, p. 1122-1129 (doi: 10.1377/hlthaff.2020.00133).

La mise en application d’une nouvelle politique nutritionnelle en milieu scolaire aux Etats-Unis a significativement contribué à la baisse du risque d’obésité chez les enfants de 10 à 17 ans entre 2012 et 2018.

Aux Etats-Unis, plusieurs programmes nationaux sont en place pour permettre à chaque enfant de subvenir à ses besoins nutritionnels durant les journées d’école. En particulier, le National School Lunch Program (depuis 1946) et le School Breakfast Program (depuis 1996) touchent respectivement 30 millions et 14 millions d’enfants.

En 2010, une loi fédérale (The Healthy, Hunger-Free Kids Act (HHFKA)) a permis à l’USDA (U.S. Department of Agriculture) d’apporter des modifications significatives aux repas et snacks proposés par le biais de ces programmes : adaptation de la taille des portions en fonction de l’âge, augmentation des quantités de fruits, de légumes et de céréales complètes. Cette loi a aussi permis d’éliminer presque toutes les boissons sucrées des distributeurs automatiques situés dans les écoles et d’améliorer la qualité nutritionnelle des aliments vendus par ce biais.

Une étude évalue pour la première fois l’impact de la mise en place du HHFKA (à la rentrée 2012) sur le risque d’obésité. Les données d’un échantillon nationalement représentatif de 173 013 enfants âgés de 10 à 17 ans ont été utilisées pour réaliser cette analyse.

Les résultats ne montrent pas de changement sur le risque d’obésité depuis la mise en place du HHFKA parmi les enfants qui ne sont pas considérés comme étant en situation de pauvreté. Par contre, chez les enfants en situation de pauvreté, le risque d’obésité a significativement diminué par rapport à ce qui était attendu sans la mise en place du HHFKA (cf. figure 1). En effet, dans cette population spécifique, la prévalence d’obésité en 2018 a été réduite de 47 % par rapport aux valeurs attendues. Les auteurs évaluent à plus de 500 000 le nombre de cas d’obésité évités grâce au HHFKA parmi les enfants vivant dans les familles les plus pauvres.

Face à des retours en arrière survenus récemment (concernant en particulier la généralisation des céréales complètes au sein des programmes de l’USDA) et face à des propositions de nouvelles lois permettant par exemple de vendre plus de pizzas, hamburgers ou frites au sein des écoles, les auteurs mettent en avant la nécessité de rétablir la loi originale HHFKA 2010 pour continuer à réduire efficacement le risque d’obésité chez les enfants les plus pauvres aux Etats-Unis.

Vous pourriez être intéressé(e) par

tempus suscipit consequat. porta. et, adipiscing libero. facilisis velit, Aenean ut commodo