Vous lisez : Prévalences de la maigreur, du surpoids et de l’obésité chez les enfants français
Études Populations

Prévalences de la maigreur, du surpoids et de l’obésité chez les enfants français

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 13 juillet 2020

Prévalences de la maigreur, du surpoids et de l’obésité chez les enfants français


Lecture
Zen

VANHELSP, J. BAUDELET, JB. THIVEL, D. « et col. » Trends in the prevalence of overweight, obesity and underweight in French children, aged 4–12 years, from 2013 to 2017. Public Health Nutrition, 2020, p1-7, doi: 10.1017/S1368980020000476.

Entre 2013 et 2017, si les prévalences de l’obésité et du surpoids sont respectivement stables et en baisse chez les enfants français âgés de 4 à 12 ans, la prévalence de la maigreur est, quant à elle, en forte hausse.

Une étude française examine l’évolution entre 2013 et 2017 des prévalences du surpoids, de l’obésité et de la maigreur chez les enfants âgés de 4 à 12 ans. Le poids et la taille de 19 916 enfants vivant dans 14 des 22 régions de France métropolitaine (selon le découpage régional d’avant 2016) ont été mesurés. L’échantillon ainsi constitué n’est cependant pas représentatif de la population française. Les seuils de l’IOTF (International Obesity Task Force) ont été utilisés pour déterminer ces prévalences.

Les résultats mettent en évidence, dans l’ensemble de l’échantillon :

  • une diminution significative de la prévalence du surpoids entre 2013 (17,3 %) et 2017 (13,4 %), P < 0, 001 ;
  • une stabilisation de la prévalence de l’obésité qui est passée, sur la même période, de 6,1 à 3,8 % (cette baisse en valeur absolue n’est pas statistiquement significative, P > 0,05) ;
  • une augmentation significative de la prévalence de la maigreur qui a doublé en 5 ans : de 10,0 % en 2013 à 20,0 % en 2017, P < 0,0001.

 

L’analyse par sous-groupes montre, sur l’ensemble de la période :

  • des prévalences du surpoids (16,4 vs 14,5 %, P < 0,001) et de l’obésité (5,8 vs 5,2 %, P < 0,01) plus élevées chez les filles comparativement aux garçons;
  • une prévalence de la maigreur également sensiblement supérieure dans le sous-échantillon des filles (P < 0,05).

 

En conclusion, cette étude met en évidence, entre 2013 et 2017, une stabilisation de la prévalence de l’obésité chez les enfants âgés de 4 à 12 ans, ainsi qu’une diminution de la prévalence du surpoids, même si cette dernière reste relativement élevée. Les auteurs jugent préoccupante la hausse rapide de la prévalence de la maigreur dans cette tranche d’âges et invite à mettre en place des stratégies de prévention pour inverser cette tendance.

Vous pourriez être intéressé(e) par

Lorem porta. facilisis amet, Sed felis neque. accumsan ut