Vous lisez : Produits laitiers, mortalité et risque cardiovasculaire
Études Pathologies

Produits laitiers, mortalité et risque cardiovasculaire

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 24 décembre 2018

Produits laitiers, mortalité et risque cardiovasculaire


Lecture
Zen

DEHGHAN, M. MENTE, A. RANGARAJAN, S. « et col. » Association of dairy intake with cardiovascular disease and mortality in 21 countries from five continents (PURE): a prospective cohort study. Lancet, 2018, 392, 10161, p. 2288-2297 (doi: 10.1016/S0140-6736(18)31812-9).

Selon les résultats d’une large étude internationale, une consommation plus élevée de produits laitiers est associée à la diminution du risque de mortalité et à celle du risque cardiovasculaire.

Dans le cadre de l’étude de cohorte internationale PURE (Prospective Urban Rural Epidemiology), les données de consommations de produits laitiers de plus de 136 000 personnes, âgées de 35 à 70 ans, issues de 21 pays des cinq continents ont été relevées. Après une période médiane de suivi de plus de 9 ans, les associations entre ces données et la mortalité ainsi que les événements cardiovasculaires majeurs ont été examinées.

Les résultats mettent en évidence qu’une consommation plus élevée de produits laitiers (supérieure à deux portions quotidiennes, comparativement à zéro) est associée à des diminutions significatives :

  1. de la mortalité totale (rapport des risques instantanés ou Hazard Ratio (HR) = 0,83 ; IC95% = [0,72 – 0,96], P = 0,0052) et en particulier :
    • de la mortalité non cardiovasculaire (HR = 0,86 ; P = 0,046),
    • de la mortalité cardiovasculaire (HR = 0,77 ; P = 0,029).
  2. de la survenue d’événements cardiovasculaires majeurs (HR = 0,78 ; IC95% = [0,67 – 0,90]; P = 0,0001) et en particulier :
    • de la survenue d’accidents vasculaires cérébraux (HR = 0,66 ; P = 0,0003).

L’association avec le risque d’infarctus du myocarde n’est par contre pas statistiquement significative.

Les auteurs ont également analysé les associations pour chaque catégorie de produit laitier. Il apparaît qu’une consommation plus fréquente (supérieure à une portion quotidienne, comparativement à zéro) de lait, ainsi que de yaourt est protectrice vis-à-vis du risque global de mortalité et de survenue d’événements cardiovasculaires majeurs. Les fréquences de consommation de fromage et de beurre (faible dans l’échantillon) ne sont par contre pas liées à ce même risque.

En conclusion, les résultats de cette large cohorte internationale mettent en lumière le caractère protecteur des produits laitiers vis-à-vis de la mortalité et du risque cardiovasculaire. Les auteurs insistent sur l’importance de promouvoir la consommation de produits laitiers, en particulier dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, dans lesquels cette consommation est souvent basse.

Vous pourriez être intéressé(e) par

quis mattis ut odio vulputate, id