Vous lisez : Profil des consommateurs d’aliments bio dans l’étude Nutrinet–Santé
Études Populations

Profil des consommateurs d’aliments bio dans l’étude Nutrinet–Santé

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 28 janvier 2014 / Date de mise à jour : 09 janvier 2017

Profil des consommateurs d’aliments bio dans l’étude Nutrinet–Santé


Lecture
Zen

Les consommateurs d’aliments bio qui participent à l’étude Nutrinet-Santé ont en moyenne un meilleur niveau d’éducation que les non consommateurs de bio, respectent mieux les recommandations du PNNS et ont un IMC moyen plus bas.

Kesse-Guyot E, Péneau S, Méjean C et col (2013) Profiles of Organic Food Consumers in a Large Sample of French Adults : Results from the Nutrinet-Santé Cohort Study, PLOS ONE; 8(10): e76998

Les consommateurs d’aliments bio qui participent à l’étude Nutrinet-Santé ont en moyenne un meilleur niveau d’éducation que les non consommateurs de bio, respectent mieux les recommandations du PNNS et ont un IMC moyen plus bas.A quoi ressemblent les consommateurs de produits issus de l’agriculture biologique en France ? Les auteurs de cet article ont cherché à répondre à cette question en se penchant sur les données recueillies par Nutrinet-Santé.
54 311 volontaires de l’étude Nutrinet-Santé ont été interrogés durant 30 mois, l’âge moyen était  43.7+/- 14.4 ans et  77% étaient des femmes. Leur consommation alimentaire était précisée chaque mois à l’aide d’un questionnaire de fréquence de consommation en portions usuelles. Un score d’adhésion aux recommandations du PNNS était calculé.
5 groupes ont été distingués :
•    consommateurs réguliers d’aliments bio (14% des participants inclus dans l’étude)
•    consommateurs occasionnels d’aliments bio (51% des participants)
•    non consommateurs par ce que « trop cher » (8% des participants)
•    non consommateurs par ce « pas intéressé » (17% des participants)
•    non consommateurs parce que « évite ce genre de produit » (11% des participants)

Comparés aux non consommateurs, les consommateurs réguliers avaient en moyenne un niveau d’éducation plus élevé, un IMC plus bas, pratiquaient davantage d’activité physique et suivaient moins de régimes hypocaloriques. Ils respectaient également plus les recommandations du PNNS. Les consommateurs occasionnels avaient, en moyenne, des profils intermédiaires.
Les raisons invoquées par les participants pour consommer des produits bio sont le bénéfice attendu à la fois pour la santé et pour l’environnement.
Les résultats sont donc sans surprise, ils confirment le comportement globalement meilleur, en terme d’hygiène de vie, des consommateurs de produits bio. Ces consommateurs sont plus sensibles que les autres aux messages de santé publique et ont un budget plus élevé.

Vous pourriez être intéressé(e) par

eget luctus Praesent Donec libero dolor facilisis ipsum in ut vulputate, id