Vous lisez : Quel rôle de la nutrition entérale dans le traitement de la maladie de Crohn ?
Études Pathologies

Quel rôle de la nutrition entérale dans le traitement de la maladie de Crohn ?

Temps de lecture : 1 minute

Quel rôle de la nutrition entérale dans le traitement de la maladie de Crohn ?


Lecture
Zen

HANSEN, T. & DUERKSEN, DR. Enteral nutrition in the management of pediatric and adult Crohn’s disease. Nutrients, 2018, 10, 537 (doi: 10.3390/nu10050537).

La nutrition entérale est une stratégie efficace dans le traitement des poussées de la maladie de Crohn chez l’enfant. Son efficacité chez l’adulte ainsi que ses mécanismes d’actions nécessitent d’être plus étudiés.

La maladie de Crohn (MC) est une affection chronique touchant le tube digestif et évoluant par poussées inflammatoires. Les principaux traitements, pharmacologiques, nutritionnels ou chirurgicaux, ont pour objectif d’obtenir une rémission de la maladie puis de la maintenir, afin d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes. Une revue de littérature dresse un bilan de l’efficacité, chez l’enfant et chez l’adulte, de l’une des stratégies thérapeutiques nutritionnelles utilisées : la nutrition entérale.

À LIRE ÉGALEMENT

Chez l’enfant, les résultats montrent une efficacité de la nutrition entérale exclusive au moins équivalente à celle du traitement par corticostéroïdes pour induire une rémission de la maladie ainsi que la maintenance de cette rémission à long terme. La nutrition entérale présente par ailleurs l’avantage de préserver l’enfant des effets secondaires de la prise de corticostéroïdes, en particulier des effets délétères sur la croissance. En contrepartie, les inconvénients de la nutrition entérale peuvent être une mauvaise compliance de l’enfant au traitement, ainsi que son coût élevé. Chez l’adulte, même si la nutrition entérale est peu utilisée et ses effets relativement peu étudiés, les résultats sur l’induction de rémissions semblent prometteurs.

Si les mécanismes d’action de la nutrition entérale dans le traitement de la MC ne sont pas élucidés, les hypothèses les plus probables sont qu’elle diminuerait les stimulations inflammatoires par :

  • une modulation de la flore digestive ;
  • une action directe sur les entérocytes ;
  • ou encore une diminution de la charge en microparticules (corps anorganiques présents en abondance dans l’alimentation).

En conclusion, la nutrition entérale est une thérapie efficace pour induire une rémission de la MC chez l’enfant alors que ses effets chez l’adulte doivent être plus étudiés. Les auteurs mettent en avant le rôle indispensable et primordial des diététicien(ne)s dans l’accompagnement des personnes atteintes de la MC, souhaitant suivre un traitement par nutrition entérale.

mattis sem, ipsum odio consectetur eleifend Phasellus