Vous lisez : Sarcopénie : mieux la connaître pour mieux la dépister et la prévenir
Études Pathologies

Sarcopénie : mieux la connaître pour mieux la dépister et la prévenir

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 03 mai 2016 / Date de mise à jour : 08 août 2019

Sarcopénie : mieux la connaître pour mieux la dépister et la prévenir


Lecture
Zen

La sarcopénie est aujourd’hui reconnue comme un syndrome gériatrique à part entière associant diminution de la masse ET de la force musculaires, dont les conséquences peuvent être dramatiques.

D’après la communication du Pr Alfonso Cruz-Jentoft (Madrid, Espagne) Pays bas) lors du symposium « Prévention de la sarcopénie : un état de la science »  présenté dans le cadre du Congrès mondial de l’Ostéoporose et des maladies ostéo-articulaires (WCO-IOF-ESCEO, 14-17 avril 2016).

La sarcopénie est aujourd’hui reconnue comme un syndrome gériatrique à part entière associant diminution de la masse ET de la force musculaires, dont les conséquences peuvent être dramatiques.

Sarcopénie : une question de définition

Le muscle est un tissu vivant, constitué de 20% de protéines, qui se renouvelle en permanence selon un cycle protéolyse/protéosynthèse. En avançant en âge, il se produit un déséquilibre au profit de la destruction et la masse musculaire diminue  progressivement.

Cette diminution est « normale »,  jusqu’à un certain point. Selon les experts  du EWGSOP *,  la sarcopénie  se définit comme  « un syndrome gériatrique associant une diminution progressive et généralisée de la masse et de la force musculaires susceptible d’entraîner incapacité physique, altération de la qualité de vie voire la mort. » Sa prévalence peut atteindre 29%  dans la population âgée vivant à domicile et plus en institution.

La sarcopénie a longtemps été  considérée comme une conséquence inéluctable du vieillissement.  Elle est en fait aussi favorisée par des facteurs de risque qu’il est nécessaire de connaître et d’’identifier car on peut agir sur certains d’entre eux.

Sarcopénie : une question de diagnostic

Il n’y a pas encore aujourd’hui de définition opérationnelle consensuelle et validée de la sarcopénie.  Cependant en pratique quotidienne, différents tests simples (mesure de la force de préhension au moyen d’un dynamomètre, vitesse de marche, temps pour se lever d’une chaise…) permettent d’évoquer le diagnostic  qu’il faudra confirmer par une évaluation de la masse musculaire (la méthode la plus simple étant la DEXA,  déjà largement utilisée pour l’ostéodensitométrie).

L’EWGSOP propose l’arbre décisionnel suivant à partir de la simple mesure de la vitesse de marche :

D’après Cruz-Jentoft A et al. Age and aging 2010 ;39 :412-23

Le concept de sarcopénie et de ses lourdes conséquences en termes de santé publique s’est imposé au cours de ces dernières années.  Il faut maintenant sensibiliser les professionnels de santé au dépistage de la sarcopénie et de ses facteurs de risque grâce à des outils simples utilisables en pratique courante.

*EWGSOP : European Working Group on Sarcopenia in Older People

Vous pourriez être intéressé(e) par

ultricies Lorem amet, nunc sed Sed ut