Vous lisez : Une application pour améliorer les comportements alimentaires des ados ?
Études Populations

Une application pour améliorer les comportements alimentaires des ados ?

Temps de lecture : 1 minute

Une application pour améliorer les comportements alimentaires des ados ?


Lecture
Zen

DE COCK, N. VAN LIPPEVELDE, W. VANGEEL, J. « et col. » Feasibility and impact study of a reward-based mobile application to improve adolescents’ snacking habits. Public Health Nutrition, 2018, 21, 12, p. 2329-2344 (doi: 10.1017/S1368980018000678).

L’utilisation d’une application pour téléphone portable pour orienter leurs choix alimentaires des adolescents vers des produits plus sains n’a pas montré d’effets positifs. Les auteurs préconisent d’inclure ce type d’initiatives au sein du cursus scolaire pour améliorer leur efficacité.

Afin d’améliorer les comportements des adolescents vis-à-vis du grignotage, une équipe de recherche a développé une application pour téléphone portable et a testé son efficacité dans le cadre d’une intervention. Quatre cent seize (416) adolescents du groupe intervention ont eu accès à l’application pendant 4 semaines et ont été comparés à 572 adolescents d’un groupe contrôle (âge moyen = 14,9 ± 0,7 ans).

À LIRE ÉGALEMENT

L’application a été conçue pour activer des changements comportementaux, en utilisant en particulier des techniques dérivées de la théorie du contrôle (par exemple la fixation d’objectifs) ou encore de l’apprentissage par renforcement (basé sur la récompense des actions positives). Concrètement, l’application est dotée, d’un système d’enregistrement des prises hors repas, d’un système de crédit de points et de bonus (nombre de points gagnés en fonction de la qualité nutritionnelle des prises hors repas), d’une fixation d’objectifs personnels au quotidien et de compétitions hebdomadaires par groupe.

Aucun effet positif de l’intervention n’a pu être démontré, tant sur la qualité nutritionnelle des prises alimentaires hors repas des adolescents que sur les autres paramètres étudiés tels que la conscience / sensibilisation vis-à-vis du grignotage, l’intention de manger sainement en dehors des repas ou encore le sentiment d’auto-efficacité. Cette absence d’effet pourrait être explicable par la faible adhésion des adolescents vis-à-vis de l’application (268 participants sur 416 l’ont téléchargée, parmi lesquels seulement 20,5 % l’ont utilisée pendant les 4 semaines).

En conclusion, pour favoriser l’utilisation de futures applications du même type par les adolescents et améliorer leur efficacité, les auteurs mettent en avant le besoin de consulter les adolescents dès la conception de l’outil, d’incorporer l’intervention dans le cursus scolaire en impliquant les professeurs et d’adapter le contenu de l’application en fonction des caractéristiques individuelles des utilisateurs.

ipsum non ultricies Praesent Donec elit. felis massa ut et, Sed accumsan