Vous lisez : Végétarisme et aliments ultra-transformés
Études Populations

Végétarisme et aliments ultra-transformés

Temps de lecture : 1 minute

Date de publication : 14 septembre 2020

Végétarisme et aliments ultra-transformés


Lecture
Zen

GEHRING, J. TOUVIER, M. BAUDRY, J. « et col. » Consumption of ultra-processed foods by pesco-vegetarians, vegetarians, and vegans: associations with duration and age at diet initiation. The Journal of Nutrition, 2020, nxaa196, doi: 10.1093/jn/nxaa196.

Les personnes qui suivent un régime végétarien ou végétalien présentent, dans leurs apports énergétiques totaux, une part plus élevée issue des aliments ultra-transformés, comparativement à celles ayant un régime omnivore.

Avec l’augmentation du nombre de végétariens et de végétaliens, l’offre alimentaire adaptée à ce type de régimes croît également. En particulier, de nombreux aliments ultra-transformés à base de plantes (tofu, saucisses et galettes végétales, boissons à base de soja) sont proposés par l’industrie pour substituer aux produits d’origine animale. Une équipe de recherche française a utilisé les données de l’étude NutriNet-Santé pour réaliser une étude transversale comparant, chez 254 végétaliens, 500 végétariens, 646 pesco-végétariens et 19 812 personnes suivant un régime omnivore, la contribution des aliments ultra-transformés dans les apports énergétiques totaux.

Les résultats mettent en évidence que la part d’énergie apportée par les aliments ultra-transformés est significativement plus élevée chez les végétaliens (39,5 %) et chez les végétariens (37,0 %) que chez les omnivores (33,0 %) et les pesco-végétariens (32,5 %). Cette différence s’explique principalement par des consommations élevées de substituts de viandes et de produits laitiers chez les végétariens et les végétaliens (cf. figure 1).

 

Végétarisme et aliments ultra-transformés

Des analyses complémentaires montrent que, parmi les personnes qui suivent un des trois types de régimes (végétarien, végétalien ou pesco-végétarien), celles ayant initié ce régime plus récemment et celles l’ayant débuté à un plus jeune âge, sont les plus susceptibles de consommer des quantités élevées d’aliments ultra-transformés.

En conclusion, les auteurs alertent sur le fait que les régimes végétariens ne présentent pas forcément tous des aspects bénéfiques pour la santé. Les consommations élevées d’aliments ultra-transformés associées aux régimes végétaliens et végétariens peuvent en effet avoir des conséquences adverses sur la qualité de ces régimes.

Vous pourriez être intéressé(e) par

quis, eleifend libero porta. id Lorem venenatis at amet,