Vous lisez : Le chocolat est-t-il vraiment bon pour le moral ?
Études Aliments

Le chocolat est-t-il vraiment bon pour le moral ?

Temps de lecture : 1 minute

Le chocolat est-t-il vraiment bon pour le moral ?


Lecture
Zen

Le chocolat améliorerait vraiment l’humeur. Ce sont probablement à la fois ses caractéristiques organoleptiques et une combinaison de certains constituants (flavonols et méthylxanthines) qui seraient à l’origine de cet effet. Il est plus hasardeux d’avancer un effet sur les fonctions cognitives.

Scholey A, Owen L (2013) Effects of chocolate on cognitive function and mood: a systematic review Nutrition Reviews doi :10.111/nure.12065

Le chocolat améliorerait vraiment l’humeur. Ce sont probablement à la fois ses caractéristiques organoleptiques et une combinaison de certains constituants (flavonols et méthylxanthines) qui seraient à l’origine de cet effet. Il est plus hasardeux d’avancer un effet sur les fonctions cognitives.
C’est l’attrait compulsif pour le chocolat de certains consommateurs qui a conduit à l’hypothèse d’une action du cacao bénéfique pour le moral, voire les capacités cognitives. Outre les glucides, le chocolat contiendrait certains principes psychoactifs du cacao flavonols (épicatéchines et procyanidines) et les méthylxanthines. Pour évaluer la pertinence de ce lieu commun (« le chocolat est bon pour le moral »), les auteurs de l’article ont procédé à une revue de la littérature.
Sur 8 études sur les effets sur l’humeur,  5 montraient une amélioration de l’humeur. Selon les auteurs, un effet sur le moral est donc probable.
Sur 7 études concernant la fonction cognitive (vigilance, temps de réaction et mémoire), 3 études mettaient clairement en évidence une amélioration après ingestion de flavonols de cacao et de méthylxanthines et 2  études ne détectaient aucune amélioration bien que l’imagerie mette en évidence une augmentation de l’activité cérébrale. Enfin, deux autres expériences contrôlées en double aveugle montraient un effet marqué sur les facultés cognitives après une supplémentation de flavonols de cacao. Selon les auteurs, un effet sur les fonctions cognitives reste incertain.
Les auteurs précisent que beaucoup d’études n’ont pas été retenues à cause de leur faible qualité.
De l’aveu même des auteurs, les mécanismes d’action du chocolat restent encore méconnus. Les meilleurs résultats étant obtenus apparemment avec le chocolat entier (plutôt qu’avec ses constituants pris isolément), le goût et la sensation en bouche du chocolat ne sont peut-être pas étrangers à ses effets.

À LIRE ÉGALEMENT